Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Une annonce parue dans une publication de l’Union européenne a mis le gouvernement britannique dans l’embarras, selon le Guardian Weekly. On y lançait un appel d’offres pour des contrats de gestion d’une valeur de 132,4 milliards $ visant la privatisation d’un large pan du National Health Service (NHS).

Selon l’article, des sociétés privées auraient l’autorité voulue « pour décider des traitements et des services qui peuvent être offerts aux patients, et pour décider s’ils doivent être fournis par le NHS ou par des hôpitaux privés. »

Les ministres du gouvernement ont vite qualifié l’annonce de « mal rédigée » et de « prématurée ». Mais un ancien secrétaire à la santé l’a condamnée, disant que « si ce n’est pas de la privatisation, je me demande bien ce que c’est. »