Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

OTTAWA – Dans son premier discours du Trône, le premier ministre Stephen Harper doit s’engager à ce que son gouvernement conservateur soit plus transparent et porte davantage attention à ce que disent les Canadiens, selon le SCFP.

« Les conservateurs parlent beaucoup “d’imputabilité”, mais ils n’écoutent pas ce que disent les Canadiens quand il est question d’enjeux critiques comme les garderies et la santé », affirme Paul Moist, président national du Syndicat canadien de la fonction publique.

« Pendant la campagne électorale, Stephen Harper parlait sans arrêt d’ouverture et de transparence mais, une fois au pouvoir, ces bonnes intentions ont fondu comme neige au soleil – et il fait la sourde oreille à ce que lui disent les Canadiens », ajoute M. Moist.

De nombreux Canadiens veulent un programme universel de services de garde à l’enfance – autour de 30 000 personnes ont signé une lettre ouverte, sur www.garderiespubliques.ca, adressée au premier ministre Harper et exigeant un programme – mais les conservateurs n’écoutent pas. Ils se contentent d’offrir un maigre soutien du revenu.

« L’allocation imposable ne donnera pas aux parents ce dont ils ont besoin, soutient Paul Moist. Cette mesure ne remplacera jamais un programme de garderies de qualité et à coût abordable. Nous avons besoin d’un programme de garderies que d’un solide soutien du revenu. »

Et le ministre fédéral de la Santé, Tony Clement, s’est soustrait à sa responsabilité de faire respecter la Loi canadienne sur la santé en restant les bras croisés pendant que des provinces sautent à pieds joints dans la privatisation.

« L’Alberta veut ouvertement enfreindre la loi. Le Québec veut permettre des cliniques et une assurance privées. L’Ontario favorise la sous-traitance et les soumissions concurrentielles. Et la Colombie-Britannique parle de modifier la loi, précise M. Moist. Pendant ce temps, le ministre Clement regarde sans rien faire et les Canadiens se demandent si et quand il assurera le respect de la Loi comme il doit le faire. »

« Il est clair que les conservateurs de Stephen Harper ferment les portes du gouvernement aux gens mêmes qui les ont élus, selon Paul Moist. Ils ont l’occasion, dans ce discours du Trône, d’adopter une plus grande ouverture et de renoncer à imposer des changements qui affaibliront tant le système de santé que les garderies. »

-30-

Le SCFP est le plus grand syndicat du Canada. Ses 540 000 membres fournissent des services publics aux collectivités de tout le pays, notamment dans les secteurs de la santé, des garderies et des services municipaux.

Pour renseignements : Paul Moist, président national, (613) 558-2873; Claude Généreux, secrétaire-trésorier national (porte-parole francophone), (514) 884-5074; Barry Doyle, SCFP-Communications, (613) 294-9424