Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.





Le 24 mars 2005

DESTINATAIRES : LES ORGANISMESTENANT UNE CHARTE DU SCFP

PRÉLÈVEMENT PRÉVU AUX STATUTS

Consœurs et confrères,

Nous sommes très fiers d’annoncer que la Caisse de grève a atteint la barre des 25 millions de dollars. L’article 14.1 (d) (iv) de nos statuts nationaux prévoit ce qui suit :

« Advenant qu’à un moment ou à l’autre, les fonds de la Caisse nationale de grève tombent au-dessous du niveau des 15 millions de dollars, le Syndicat canadien de la fonction publique prélèvera une capitation mensuelle additionnelle de 0,04 % de la moyenne des salaires mensuels réguliers de la section locale ou du syndicat provincial, jusqu’à ce que le niveau de la Caisse nationale de grève atteigne 25 millions de dollars. »

En conséquence, à compter du 1er avril, le prélèvement prévu aux statuts prendra fin. Le dernier mois pour lequel les sections locales et les syndicats provinciaux devront soumettre le prélèvement prévu aux statuts est le mois de mars 2005.

Maintenant que nous en sommes à ce tournant décisif de notre histoire, il est important de prendre une pause et de réfléchir à ce que nous avons accompli ensemble et aux conséquences pour notre syndicat et la poursuite de notre travail. Nous sommes passés d’un solde de caisse de zéro à 25 millions de dollars dans la Caisse de grève en un peu plus de deux ans. Pendant ce temps, nous avons livré et remporté d’importantes batailles aux piquets de grève. Certaines de nos grèves étaient à grande échelle, d’autres moins. Nous avons aussi pu soutenir de nombreuses campagnes pour éviter des grèves, et nous avons pu assumer les frais juridiques associés aux grèves et aux arbitrages pour celles et ceux qui sont privés de leur droit de grève. Nous avons pu améliorer nos conventions collectives, lutter contre les concessions et nous tenir debout devant des employeurs et des gouvernements qui veulent faire reculer les droits des travailleuses et travailleurs. Et tout cela a été possible parce que notre solidarité collective a édifié une Caisse de grève solide et stable. Nous avons mis nos ressources en commun et renforcé notre capacité de faire notre travail – nous avons accru notre pouvoir syndical et amélioré la vie des travailleuses et travailleurs.

…/2

- 2 -

Toutefois, le fait de mettre fin au prélèvement le 1er avril ne signifie pas que nous perdrons cet important revenu. La plupart des sections locales n’ont pas augmenté les cotisations des membres pour payer le prélèvement, mais l’ont plutôt tiré du revenu de la section locale. Par conséquent, le revenu existe toujours. Il se trouve maintenant en un endroit différent, dans la section locale, à la base. Le prélèvement a réussi à amasser environ 6 millions de dollars par année des sections locales de tout le pays. Maintenant, les sections locales et les syndicats provinciaux peuvent garder ce montant de 6 millions de dollars et l’utiliser comme bon leur semble.

Cette situation donne lieu à de nombreuses possibilités pour poursuivre l’important travail de notre syndicat. Dans certaines régions du pays, des initiatives sont déjà en cours grâce au revenu qui allait précédemment au prélèvement de solidarité. En Ontario, beaucoup de sections locales mettent leurs ressources en commun pour créer des caisses de grève régionales afin de se préparer aux dures négociations qui les attendent. À Terre-Neuve et Labrador, des sections locales ont décidé de créer une caisse de négociations pour soutenir notre orientation stratégique et assurer notre force grâce aux négociations coordonnées et à une solide position de grève.

Beaucoup de choses sont possibles, comme la poursuite de notre travail international en contribuant au Fonds pour la justice mondiale du SCFP et en développant la force des membres grâce à des activités de formation. (Vous pouvez obtenir plus de détails sur les cours du SCFP et sur le Fonds pour la justice mondiale auprès de vos conseillères et conseillers syndicaux). Les sections locales peuvent aussi utiliser ce revenu pour s’affilier à des divisions provinciales et à des conseils régionaux du SCFP, à des conseils du travail locaux et à des fédérations du travail provinciales afin de consolider le mouvement syndical. Nous avons montré ce que nous pouvons faire en travaillant ensemble. Nous avons montré le pouvoir de notre solidarité, et nous continuerons de le faire.

Nous tenons à remercier tous les membres ainsi que le personnel du SCFP pour leur soutien et leur dévouement. En moins d’un an, nous avons mis fin tant au prélèvement de solidarité qu’au prélèvement prévu aux statuts, près de 12 millions de dollars par année, un montant que peuvent maintenant utiliser les sections locales. Aujourd’hui, nous voyons l’avenir avec confiance, grâce à notre force financière retrouvée.

Nous vous prions de recevoir, consœurs et confrères, nos salutations solidaires.

Le président national, Le secrétaire-trésorier national,




PAUL MOIST CLAUDE GÉNÉREUX

:pmc/sepb491