Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

À la rédaction

Je viens tout juste de terminer la lecture des articles ‘Comment on devient militante’ et ‘Les attitudes concernant l’orientation sexuelle au travail’ (S’Organiser, septembre 2000) et je me retrouve assis, ici, en larmes.

En tant que gai, je trouve effroyable qu’il n’y ait pas plus d’éducation sur les gais et les lesbiennes au SCFP. Jusqu’à maintenant, je croyais que les expériences que j’ai vécues étaient tout simplement rares, que ça ne valait pas la peine d’en parler, mais ces articles me font prendre conscience que je ne suis pas seul.

Nous aussi avons des parades de la Fierté gaie en Alberta et, au cours de la dernière année, j’ai assisté à des parades à Edmonton et à Calgary. Comme Sinda, je n’ai pas pu trouver personne à Edmonton pour m’aider à porter une banderole du SCFP lors de la parade de la Fierté gaie et cela m’a profondément attristé. Lorsque je suis allé à Calgary, j’ai été agréablement surpris de voir un homme seul qui marchait dans la parade, en portant un

t-shirt du SCFP et distribuant des bracelets ‘Fierté au SCFP’.

J’ai toujours le mien et je le porte fièrement à tous les événements du SCFP, mais je suis attristé de ne jamais avoir entendu parler

qu’un tel bracelet existait. Si je l’avais su, j’en aurais distribués lors de notre parade.

Cela me fait me demander combien il y a de gais et de lesbiennes qui sont membres du SCFP, seuls à se demander si elles et ils ont des confrères ou des consœurs vers qui se tourner pour obtenir des conseils, de l’information ou de l’aide.

Ce n’est que lorsque j’ai lu ces articles que j’ai su qu’un cours sur la Fierté gaie était offert par le SCFP. Il est certain que nous pouvons en profiter.

Je me souviens d’un ‘incident’ qui s’est produit à l’école d’une semaine à Red Deer, l’an dernier. Lors d’une activité sociale, à la fin de la journée, une femme a invité sa partenaire lesbienne à prendre part aux activités. Quelques temps après le début de la soirée, il y a eu un incident où des injures ont été prononcées et où on a ‘dénigré les lesbiennes’. Cet incident m’a tellement mis en colère que j’ai été tenté de quitter. Étant donné que je suivais le cours sur l’art de parler en public , j’ai préféré rentrer à la maison et récrire mon discours afin de souligner à quel point ce vilain incident et tout incident similaire peuvent causer douleur et peine. Quelques-uns de mes condisciples ont été choqués – peut-être en raison de l’incident; peut-être parce que l’homme qu’ils avaient appris à connaître tout au long de la semaine venait de leur avouer son homo-

sexualité, tout en leur donnant matière à réfléchir.

Je lève mon chapeau à Sinda et à Garry Judd pour le courage et le leadership démontré, bien que de façon fort différente. Ce sont des gens comme eux qui aident à donner du crédit à un groupe de personnes qui est très souvent négligé de crainte de ce qu’on va trouver si on regarde de plus près.

Le SCFP doit être là, dans toutes les provinces et toutes les villes, pour donner un coup de main et offrir du soutien à nos membres gais et lesbiennes. Et il est important que le Comité du triangle rose joue un rôle plus actif et plus visible.

Je vous prie d’accepter mes sentiments

de solidarité,

Ian Crichton
Section locale 3550 du SCFP
Edmonton