Jour de deuil: quand la tragédie inspire l’action

Wes Payne | Service des communications du SCFP

En 1984, le Comité national de santé et de sécurité du SCFP en a eu assez de voir les décès au travail passer sous silence. Il a donc proposé d’instaurer un Jour de deuil national pour les travailleurs tués ou blessés au travail.

Ce jour se tiendrait le 28 avril de chaque année, pour honorer la mémoire des personnes qui ont perdu la vie au travail. Il servirait aussi à rappeler l’importance de la santé-sécurité au travail. À la Conférence du SCFP sur la santé-sécurité de 1985, le président national de l’époque, Jeff Rose, a annoncé que le syndicat allait désormais tenir ce jour de deuil chaque 28 avril. La même année, le Congrès du travail du Canada a aussi adopté une résolution en ce sens.

La date du 28 avril est symbolique. Elle souligne la proclamation, en 1914 en Ontario, de la première vraie loi sur l’indemnisation des accidents de travail au Canada. Aujourd’hui, une centaine de pays célèbrent ce jour de deuil. Le Parlement canadien l’a reconnu officiellement en 1991 et la Conférence syndicale internationale en 1996. En 2002, l’ONU, sur la recommandation de l’Organisation internationale du travail, a fait du 28 avril la Journée mondiale de la sécurité et de la santé au travail.

De nombreuses communautés canadiennes organisent des activités le 28 avril. Communiquez avec votre section locale ou votre conseil du travail pour prendre connaissance des événements dans votre région.

Le SCFP fait de 2016 l’Année de la santé et de la sécurité

Troy Winters | Santé et sécurité du SCFP

À la suite de l’adoption du document d’orientation stratégique au congrès national de 2015, le SCFP a proclamé 2016 Année de la santé et de la sécurité. Les membres de partout au pays peuvent donc s’attendre à beaucoup d’action au chapitre de la santé-sécurité cette année.

Plusieurs divisions du SCFP organiseront une conférence spéciale sur la santé-sécurité dans leur région. Le SCFP national fournira du matériel pédagogique et des ressources humaines pour faciliter la tenue de ces conférences. Consultez le site Internet de votre division pour en savoir davantage.

Le SCFP lancera aussi une nouvelle série d’ateliers sur la santé-sécurité. S’inspirant de la série conçue à l’intention des délégués syndicaux, la nouvelle série inclut un cours d’introduction de neuf heures et plusieurs ateliers de trois heures.

Pour obtenir leur certificat, les participants doivent suivre les quatre ateliers de la catégorie Compétences, trois ateliers de la catégorie Perspectives et au moins trois ateliers portant sur un danger spécifique. Dix ateliers sont déjà offerts et d’autres sont en cours d’élaboration. Pour suivre ces cours, communiquez avec votre conseiller national ou avec le conseiller en éducation syndicale de votre région, ou encore visitez le scfp.ca/education-syndicale.

Des portraits de certains de nos militants en santé-sécurité sont également disponibles sur scfp.ca. Nous publierons un portrait par mois. Chaque portrait sera accompagné de liens menant à des ressources destinées à aider nos militants à faire face aux dangers en milieu de travail. Jusqu’à présent, des portraits de Dolores Douglas de la section locale 2669 (Saskatoon), de Sylvain Beaulieu de la section locale 2929 (Québec), d’Aman Cheema de la section locale 402 (Surrey, C.-B.) et de Felicia Forbes de la section 3791 (Ontario) ont été réalisés. La photo de cette dernière est d’ailleurs en une de ce numéro de La Réplique.

Finalement, un nouveau certificat du mérite en santé-sécurité a été développé. Les sections locales qui souhaitent souligner le travail de leurs militants en santé-sécurité peuvent envoyer les noms des récipiendaires à sante_securite@scfp.ca. Nous imprimerons alors un certificat que lasection locale pourra remettre aux personnes honorées.

Pour en savoir plus sur l’Année de la santé et de la sécurité, visitez le scfp.ca/sante-et-securite.