Le SCFP représente 33 700 travailleurs dans la production (centrales hydroélectriques, nucléaires et à combustible fossile, éoliennes et petites centrales), la distribution et le transport de l’électricité. Le SCFP défend activement la nature publique des services d’électricité. Au Canada, le privé contrôle 25 pour cent de la production électrique.

Le SCFP représente des travailleurs du secteur public et du secteur privé. Nos membres sont des cols bleus, des cols blancs et des professionnels. Ils travaillent en Alberta, en Ontario, au Manitoba et au Québec. Nous représentons aussi quelques travailleurs au niveau fédéral. Nos membres sont ouvriers spécialisés et de maintenance, représentants du service à la clientèle, comptables, adjoints administratifs, commis à la facturation ou aux dossiers, employés en communications, rédacteurs, programmeurs-analystes, technologues, monteurs de lignes, techniciens, préposés, ouvriers qualifiés, travailleurs du domaine de l’énergie atomique et employés de centres d’appels.

Dans le secteur public, le SCFP représente des travailleurs des trois niveaux de gouvernement. Au municipal, nous représentons des employés de sociétés de distribution locales (EPCOR à Edmonton, ENMAX à Calgary et une douzaine de sociétés de distribution locales en Ontario, comme Toronto Hydro et Greater Sudbury Hydro). Au provincial, les membres du SCFP travaillent pour des sociétés d’État (comme Manitoba Hydro, Hydro-Québec et Ontario Power Generation) et pour l’Office de la sécurité des installations électriques de l’Ontario. Enfin, au niveau fédéral, nous avons des membres s’occupant de la production et de la recherche. D’autres sont à l’emploi d’organismes de réglementation, comme la société d’État Énergie atomique du Canada limitée.

Dans le secteur privé, le SCFP compte des membres chez Hydro One, TransAlta, Bruce Power, Enwave et Northwind Solutions.

Les dernières données démographiques pour le secteur de l’énergie remontent à 2008. Les femmes formaient alors 25,4 pour cent de la main-d’œuvre et elles occupaient 6,1 pour cent des postes d’ouvriers spécialisés, d’ingénieurs, de cadres et de superviseurs. Ces chiffres sont très bas comparativement à la proportion des femmes sur le marché du travail canadien, qui s’établit à 46,9 pour cent. Huit pour cent des travailleurs de l’électricité sont issus des minorités visibles, contre 15 pour cent dans l’ensemble du marché du travail au pays. Ce groupe est toutefois en forte croissance dans le secteur de l’énergie. Les travailleurs autochtones occupent trois pour cent des postes du secteur, ce qui correspond à la moyenne nationale.

Suite…

Actualités connexes