Cette année, le SCFP a fait la différence dans de nombreux dossiers de santé et de sécurité au travail, notamment en travaillant en collaboration avec le service de l’éducation syndicale, à l’élaboration d’une série de modules de trois heures qui aideront nos membres à faire enquête, à identifier les risques et à travailler au sein des comités de santé-sécurité. Grâce à ces cours, les membres approfondiront leurs connaissances sur la loi, les blessures psychologiques, la prévention de la violence, la santé des femmes et la solidarité internationale en matière de santé-sécurité. Ces modules autonomes permettent aux membres qui ont déjà suivi la formation de base de neuf heures d’accroître leurs compétences.

Making workplaces safer – CUPE’s 2015 health and safety highlights

Le service de la santé et de la sécurité a revu sa trousse de prévention de la violence au travail. Riche de nouvelles idées, celle-ci aide les sections locales à identifier et prévenir la violence et le harcèlement. Elle propose des outils pour élaborer une politique de prévention, un aide-mémoire pour l’identification des risques et des formulaires de signalement.

Soulignons aussi la publication de fiches d’information sur:

  • le travail par quarts.
  • le levage et le transport de patients.
  • le VIH-sida.
  • le stress causé par les incidents critiques.

En Colombie-Britannique, nos sections locales ont lancé une nouvelle campagne de sensibilisation aux dangers en milieu de travail. Intitulée « Spot the Hazard », elle encourage nos membres à communiquer leurs inquiétudes en matière de santé-sécurité à la direction et au syndicat. Elle fournit aussi de l’information sur les droits des travailleurs et les dangers en milieux de travail.

Le SCFP a fait la différence dans de nombreux dossiers de santé et de sécurité au travail. 

Toujours en Colombie-Britannique, nos sections locales du secteur des bibliothèques ont réalisé un sondage auprès de leurs membres sur la santé-sécurité au travail. Plus de 500 syndiqués répartis dans 50 communautés y ont participé. En plus du manque de personnel et des pressions salariales, l’étude a révélé plusieurs problèmes de sécurité, comme les biorisques et les comportements criminels. Les compressions touchant les services sociaux et communautaires ajoutent aussi à la pression ressentie par les employés de bibliothèques.