Daniel Gawthrop | Service des communications du SCFP

Le SCFP a pris la tête d’une campagne syndicale visant à remplacer sept membres du conseil d’administration de la Croix-Bleue du Pacifique (PBC). Elle s’est soldée, en décembre, par l’élection des sept candidats pro-syndicat !

Cette victoire au CA fait suite à une autre : après avoir passé tout l’été en lock-out, les membres de la section locale1816 ont décroché une convention collective qui protège les avantages sociaux des retraités, ciblés par l’employeur.

« Il fallait que la prochaine gouvernance de PBC soit progressiste », a expliqué la présidente de la section locale 1816, Beth Miller. Pour elle, l’inaction des membres sortants du CA devant les concessions réclamées par la direction et leur incapacité à empêcher le lock-out montraient clairement un besoin de changement à la tête de PBC, un fournisseur sans but lucratif d’assurances collectives.

Les sept candidats élus ont tous une forte expérience dans l’implication communautaire et syndicale ou ont une grande connaissance des prestations de maladie et de retraite : Alicia Gallo, vice-présidente de MoveUp ; Aaron Ekman, secrétaire-trésorier de la Fédération du travail de la C.-B. ; Sandra Jenneson, urgentologue à l’hôpital Royal Columbia ; Stéphane Voyer, spécialiste en médecine interne à l’hôpital St. Paul’s ; Brendan Dick, directeur des retraites et des avantages sociaux au Syndicat des employés d’hôpitaux ; Joe Elworthy, président de la section locale 2200 d’UNIFOR ; et Jim Iker, ex-président de la Fédération des enseignants de la C.‑B.

Ce groupe avait publié un programme électoral visant à ramener PBC à ses racines de fournisseur de prestations progressiste qui respecte autant ses travailleurs que ses assurés.

Le personnel et les membres du SCFP ont collaboré avec les affiliés de la Fédération du travail pour mousser ce programme et convaincre les assurés de PBC de voter. Plus de 700 membres de PBC, tous syndiqués du secteur public, ont participé au scrutin.