Eagleclaw Thom | Service des communications du SCFP

C’est grâce à un programme visant à accroître la représentativité de la main- d’œuvre que Jodi Gosselin a obtenu un emploi dans le secteur de la santé. À l’époque, il n’y avait pas beaucoup d’Autochtones à Estevan en Saskatchewan.C’est grâce à un programme visant à accroître la représentativité de la main-d’œuvre que Jodi Gosselin a obtenu un emploi dans le secteur de la santé. À l’époque, il n’y avait pas beaucoup d’Autochtones à Estevan en Saskatchewan.

L’objectif du programme est simple : atteindre un pourcentage de travailleurs autochtones dans le secteur de la santé équivalent au pourcentage d’Autochtones dans la population provinciale.

« Dans ma communauté, je pouvais compter le nombre d’Autochtones sur une seule main. À l’exception des Néo-Canadiens, j’étais la seule représentante d’une minorité visible dans mon établissement. Mes collègues et mon employeur en parlaient ouvertement, et sans aucune subtilité, lorsqu’ils s’adressaient à moi ou lorsqu’il était question des cultures autochtones », a raconté Jodi Gosselin.

Peu après son arrivée au syndicat, Jodi est devenue animatrice du programme de main-d’œuvre représentative et déléguée syndicale. Cela lui a permis de s’impliquer davantage dans son syndicat. Elle est devenue membre du Conseil des Autochtones, d’abord à l’échelon local, puis aux niveaux provincial et national. L’expérience acquise l’a aidé à dissiper les mythes et les malentendus sur les cultures autochtones qui étaient bien présents dans sa communauté.

En juin 2017, Estevan a célébré pour la première fois la Journée nationale des Autochtones. Les célébrations étaient organisées par la section locale 5999 en collaboration avec le Conseil des Autochtones local.

« Nous voulions partager la beauté de nos danses, les leçons de nos contes et la chaleur de notre communauté. Nous avons limité la sensibilisation à quelques enjeux qui touchent les Autochtones, comme la campagne Robe rouge pour les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées », a expliqué Jodi Gosselin.

Dans le but de rapprocher les Autochtones et non-Autochtones et de faire connaître les cultures et l’apport des Autochtones à la société canadienne, tous les élèves des écoles d’Estevan et les travailleurs de la santé de la région ont été invités à assister aux célébrations.