Qu’est-ce qu’un variant ?

La COVID-19 est la maladie causée par le coronavirus-2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV2 ou, plus simplement, le virus).

Pendant le processus d’infection, ce virus pénètre dans les cellules et les incite à faire des copies de l’information génétique qu’il transporte. Cette information génétique sert de plan de construction. Les cellules infectées, en reproduisant ce plan, construisent des copies du virus qui infectent d’autres cellules. Les symptômes de la COVID-19 apparaissent puis s’aggravent à mesure que le nombre de cellules infectées augmente.

Les variants d’un virus se produisent dans le cadre de ce processus de copie. Comme dans tout autre processus de copie, on obtient parfois une copie moins que parfaite.

Il y a trois résultats généraux quand cela se produit :

1) rien ne change vraiment, le virus est essentiellement le même;

2) une erreur se produit dans la copie qui s’avère fatale au virus. Réjouissons-nous ! Cette version du virus n’existe plus;

3) une erreur se produit dans la copie qui confère un avantage à cette version du virus. Nous sommes en présence d’un variant préoccupant.

Pourquoi les variants préoccupants posent-ils problème ?

Une épidémie (ou, si celle-ci devient mondiale, une pandémie) se produit lorsqu’une maladie affecte un grand nombre de personnes. Cela signifie généralement que les systèmes de santé n’arrivent pas à contrôler la propagation du virus et que le virus se manifeste dans la communauté.

Pour mettre fin à la pandémie de COVID-19, il faut réussir à contrôler la propagation de la maladie. Les variants préoccupants représentent un énorme problème : ils menacent notre capacité à contrôler la propagation de la COVID-19.

Un variant devient préoccupant lorsqu’il modifie le fonctionnement de la maladie. Par exemple…  

  • s’il change la gravité de la maladie;
  • s’il change les options de traitement de la maladie;
  • s’il change la facilité avec laquelle la maladie se propage, y compris dans les populations qui y résistaient jusque-là;
  • s’il change la façon dont on peut dépister la maladie.

À l’heure actuelle, quatre variants préoccupants identifiés circulent au Canada :

  • B.1.1.7 (Alpha)
  • B.1.351 (Beta)
  • P.1 (Gamma)
  • B.1.617.2 (Delta)

Le site Web de l’Agence de la santé publique du Canada met constamment à jour les informations sur la facilité de transmission de ces variants et l’efficacité des vaccins actuellement autorisés contre eux.

Quelle que soit la souche ou le variant de COVID-19, les conseils pour contrôler sa propagation restent les mêmes. 

Pour empêcher l’émergence de nouveaux variants, il faut contrôler (et idéalement stopper) la propagation des infections. On peut le faire en utilisant les mêmes méthodes de santé publique que nous avons employées tout au long de la pandémie :

  • rester chez soi;
  • maintenir une distance de deux mètres des autres lorsqu’on ne peut pas rester chez soi;
  • porter un masque pour réduire la propagation et protéger ses voies respiratoires et ses membranes (yeux, bouche, nez);
  • se laver les mains régulièrement;
  • consulter un professionnel de la santé à propos de la stratégie de vaccination qui nous convient.

Qu’est-ce que les sections locales du SCFP peuvent faire?

  • Les pratiques de santé et de sécurité doivent évoluer avec le virus. Les modifications du virus peuvent avoir un impact sur le risque, notamment en ce qui concerne la probabilité d’exposition (transmissibilité) et la gravité de l’exposition (la gravité de la maladie qu’elle provoque). Une augmentation du risque devrait conduire à une augmentation correspondante des mesures préventives. 
  • Les évaluations du lieu de travail ont longtemps supposé que les précautions contre les contacts et les gouttelettes sont la méthode la plus importante de transmission de la COVID-19. Cependant, il existe suffisamment de preuves scientifiques à l’appui de la transmission par aérosol. Étant donné que les nouveaux variants préoccupants semblent se propager plus facilement, les mesures de lutte contre la pandémie doivent tenir compte du risque de transmission par aérosol à la source, le long de la trajectoire et chez le personnel, en utilisant la hiérarchie des contrôles. Pour obtenir de plus amples renseignements, des outils et des ressources, veuillez consulter le site Web du SCFP santé-sécurité sur la COVID-19.
  • Les sections locales du SCFP devraient également revoir leur plan d’intervention en cas de pandémie avec leurs comités mixtes de santé-sécurité. Notre site Web sur la santé et la sécurité héberge de nombreux outils pour vous aider dans cette tâche, y compris une liste de points à vérifier.
  • Rappelez-vous : des variants continueront à apparaître tant qu’il y aura des régions du monde où le virus se propage de manière incontrôlée. À ce titre, il est important de soutenir le mouvement de solidarité internationale autour de l’accès aux vaccins. Les vaccins doivent être partagés avec tout le monde, dans toutes les régions du globe. C’est grâce à des efforts de solidarité comme ceux-ci que nous arriverons à freiner la COVID-19 au Canada et dans le reste du monde. Le service de santé-sécurité du SCFP encourage les sections locales du SCFP à faire entendre leur voix en faveur d’un #vaccinpourtoutlemonde.