Introduction

En vertu de la Loi sur la santé et la sécurité au travail, l’employeur doit prendre toutes les précautions raisonnables dans les circonstances pour protéger ses travailleurs. Un volet de cette obligation comprend l’évaluation des risques liés aux dangers et aux processus utilisés dans le lieu de travail. Une évaluation des risques doit être réalisée par l’employeur, en consultation avec le comité (mixte/en milieu de travail) sur la santé et la sécurité, avant de mettre en œuvre un programme de désinfection du lieu de travail par pulvérisation fine, brumisation ou nébulisation.

De nombreux lieux de travail représentés par le SCFP ont introduit ou prévoient d’introduire l’utilisation de dispositifs de pulvérisation fine pour désinfecter des surfaces potentiellement contaminées par la COVID-19. Le SCFP est préoccupé par l’efficacité de cette pratique et ses effets sur la santé et la sécurité des travailleurs entre autres lorsqu’un produit chimique est pulvérisé dans un lieu de travail.

De plus, ni l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) ni, aux États-Unis, les Centers for Disease Control (CDC) n’approuvent cette méthode de désinfection.

Selon l’OMS[i] :

Dans les espaces intérieurs, l’application systématique de désinfectants sur les surfaces environnementales par pulvérisation ou nébulisation (également appelée fumigation ou brumisation) n’est pas recommandée pour combattre la COVID-19. Une étude a montré que la pulvérisation comme mode de désinfection primaire est inefficace pour éliminer les contaminants en dehors des emplacements directement visés. Elle peut au demeurant présenter des risques pour les yeux et provoquer des irritations respiratoires ou cutanées ayant des effets néfastes sur la santé. La pulvérisation ou la nébulisation de certains produits chimiques, tels que le formaldéhyde, les agents à base de chlore ou les composés d’ammonium quaternaire, n’est pas recommandée en raison des effets nocifs qu’elle peut avoir sur la santé du personnel des établissements qui la pratiquent. La pulvérisation de désinfectants sur les surfaces environnementales en milieu hospitalier et ailleurs, notamment les foyers des patients, n’est pas toujours efficace pour éliminer les matières organiques et n’atteint pas forcément les surfaces couvertes par des objets, les plis dans des étoffes, ou les surfaces ornées de motifs complexes. Lorsqu’un désinfectant doit être appliqué, il convient de le faire au moyen d’un chiffon ou d’une lingette imbibée de produit. [gras ajouté]

Selon le CDC[ii] :

Des techniques de pulvérisation de désinfectant ont été utilisées à des fins de contrôle microbien dans les chambres d’hôpital. Cette technique de pulvérisation de désinfectants est une méthode insatisfaisante de décontamination de l’air et des surfaces et n’est pas recommandée pour le contrôle général des infections dans les secteurs de soins aux patients. [traduction et gras ajouté]

Essuyage par rapport à pulvérisation

L’action mécanique d’essuyer une surface est plus efficace pour tuer un virus sur une surface que de pulvériser un produit sur la surface. C’est pourquoi le SCFP recommande soit d’utiliser un chiffon imbibé de désinfectant pour essuyer les surfaces soit d’utiliser un flacon pompe contenant du désinfectant pour pulvériser grossièrement la surface avant de l’essuyer à l’aide d’un chiffon.

L’essuyage est également bénéfique, car la personne qui nettoie peut s’assurer que toute la surface est bien imprégnée du produit chimique, car elle touche effectivement chaque surface. Malgré son efficacité accrue, un bon nettoyage avec essuyage prendra plus de temps qu’une pulvérisation moins efficace et c’est pourquoi de nombreux employeurs ont adopté cette pratique (plutôt que d’embaucher du personnel de nettoyage supplémentaire).

Bien que la pulvérisation puisse parfois être efficace sur des surfaces planes, propres et horizontales, par rapport à l’essuyage des surfaces, la pulvérisation :

  • (il faut plus de produit pour assurer la couverture par pulvérisation que par essuyage);
  • nécessite plus d’EPI que le simple essuyage d’une surface;
  • peut causer des dommages chimiques aux revêtements de sol, aux meubles, aux dispositifs électriques et à d’autres articles (livres, papiers) se trouvant dans la pièce;
  • accroît les risques de glissades et de chutes;
  • exige que les surfaces soient propres avant d’utiliser un désinfectant[iii], car les surfaces souillées peuvent dissimuler des bactéries.

Efficacité de la méthode de désinfection

L’efficacité d’un processus de désinfection dépend de quatre facteurs : la chimie, la concentration, le temps de contact et la couverture. Avant de commencer le processus, comme décrit ci-dessus, il faut s’assurer que les surfaces ne sont pas sales. Le processus dépend alors des facteurs suivants :

1. Chimie – Le produit doit être efficace pour tuer le virus qui cause la COVID-19. Il ne faut pas supposer que le produit utilisé dans le pulvérisateur fonctionnera simplement parce qu’il est affirmé que le produit en question est capable de « tuer des germes ». Santé Canada tient une liste de tous les produits dont l’utilisation contre la COVID-19 a été prouvée[iv].

2. Concentration – Le degré auquel un produit est dilué dans l’eau. Une quantité trop élevée ou trop faible de produit dans une solution de nettoyage peut poser des problèmes (voir ci-dessous concernant la dilution et la décantation).

3. Temps de contact – Le temps qu’il faut pour qu’un désinfectant demeure sur une surface avant de tuer un germe donné. Si le produit n’est pas en contact avec le germe pendant le temps requis, la désinfection ne sera pas complète.

4. Couverture – La quantité de surface couverte par le produit après application. Idéalement, la couverture est de 100 %. La pulvérisation n’atteint généralement que le dessus des surfaces, tandis que l’essuyage garantit que le travailleur atteindra chaque surface.

Considérations relatives à la santé et la sécurité

Au Canada, si un lieu de travail utilise un produit dangereux, un programme SIMDUT doit être en place. Les travailleurs doivent recevoir l’information et la formation nécessaires pour comprendre les dangers et savoir comment travailler en toute sécurité avec des produits dangereux. La formation doit comprendre :

  • l’interprétation d’étiquettes de produit et de fiches de données de sécurité;
  • l’utilisation, la manipulation et l’élimination sécuritaires d’un produit dangereux;
  • la procédure à suivre si le produit dangereux peut être présent dans l’air et qu’un travailleur peut y être exposé;
  • l’ensemble des procédures à suivre en cas d’urgence impliquant le produit dangereux.

La méthode de désinfection des surfaces utilisée dans la plupart des lieux de travail consiste à appliquer le produit sur une surface à l’aide d’un chiffon, d’une vadrouille ou d’un pulvérisateur à gros jet pendant une durée déterminée. Dans certains cas, les surfaces doivent ensuite être rincées à l’eau pour éliminer tout résidu du produit.

Si l’étiquette ou la fiche de données de sécurité (FDS) ne décrit pas la pulvérisation fine, la brumisation ou la nébulisation du produit parmi les méthodes préconisées pour désinfecter les surfaces, le produit ne doit alors pas être utilisé de cette manière. L’utilisation d’une pulvérisation fine entraînera la suspension de minuscules particules dans l’air, qui peuvent être inhalées par le nez ou la bouche ou absorbées par les yeux ou la peau.

Si un produit est conçu pour être utilisé avec un pulvérisateur à jet fin, le fabricant doit alors décrire :

  • les procédures à suivre pour utiliser le produit de façon sécuritaire (utilisation, manipulation, entreposage et élimination);
  • les surfaces sur lesquelles le produit peut être appliqué;
  • les exigences en matière de ventilation, à la fois pendant l’utilisation du produit et après si le produit a des effets persistants qui nécessitent une ventilation supplémentaire;
  • les exigences en matière d’équipement de protection individuelle;
  • les dangers associés à l’utilisation du produit;
  • toute autre exigence prescrite en vertu du règlement sur le SIMDUT.

Selon le gouvernement de l’Ontario3, « certains désinfectants utilisés par les systèmes de pulvérisation électrostatique sont approuvés par Santé Canada pour combattre la COVID-19. » Il convient de noter que Santé Canada ne teste que si le produit chimique est efficace contre le virus et ne fournit aucun conseil sur l’utilisation sécuritaire des produits chimiques qu’il a approuvés. Les fabricants de ces désinfectants ont fourni des preuves de leur efficacité à des fins de désinfection moyennant l’utilisation du système de pulvérisation électrostatique pour obtenir l’approbation de Santé Canada.

Quel que soit le système ou le produit chimique utilisé, il est important de suivre les instructions du fabricant de sorte à utiliser le produit chimique et tout système de pulvérisation en toute sécurité et à utiliser l’EPI recommandé pour le travail en question.

Information à rechercher (et où la trouver)

Vous trouverez souvent les consignes d’utilisation, d’entreposage et de manipulation en toute sécurité de la plupart des produits de désinfection/nettoyage sur l’étiquette du fournisseur ou sur le site Web du fabricant. Ces consignes, ainsi que les fiches de données de sécurité (qui doivent souvent être lues conjointement avec l’étiquette apposée sur le contenant du produit) fourniront aux utilisateurs des renseignements pertinents en matière de sécurité. Bien que l’ensemble de la fiche de données de sécurité fournisse des renseignements importants, il y a lieu de consulter les sections qui suivent à la recherche des renseignements suivants :

Section

Titre

Quoi rechercher

1

Identification

Cette section doit indiquer à quelles fins le produit doit être utilisé ainsi que les restrictions liées au produit. Si le produit n’est pas identifié (ni sur la FDS ni sur l’étiquette du produit) comme compatible avec un brumisateur ou un pulvérisateur électrostatique, il ne doit pas être utilisé.

2

Dangers

Cette section fournit de l’information sur les dangers associés au produit.

3

Composition/Ingrédients

Cette section fournit les ingrédients et, surtout, un « numéro CAS » pour chaque ingrédient. Ce numéro vous permet de pousser la recherche sur le produit chimique en question.

8

Contrôle de l’exposition/EPI

Cette section fournit de l’information sur l’équipement de protection individuelle requis pour utiliser le produit de manière sécuritaire.

Décantation et dilution

Pour faciliter l’expédition, la plupart des produits chimiques de nettoyage vendus à des fins commerciales (c’est-à-dire, qui ne sont pas emballés comme des produits de consommation) nécessitent une dilution du produit avant utilisation. Les fabricants de produits chimiques ont déterminé la dilution correcte pour l’usage du produit, et il est important que les travailleurs qui utilisent ces produits chimiques comprennent et utilisent le facteur de dilution correct. Trop d’eau et trop peu de produit chimique rendront probablement le produit inefficace (il ne « tuera » pas adéquatement les particules du virus qui cause la COVID-19). L’utilisation d’une quantité trop importante de produit chimique et d’une quantité insuffisante d’eau expose l’utilisateur à un risque plus élevé, car il peut être exposé à des niveaux plus élevés de produit chimique et l’EPI exigé par le fabricant peut ne pas protéger le travailleur adéquatement. Augmenter la concentration chimique peut ne pas augmenter l’efficacité du produit et peut entraîner des résultats inattendus (par exemple, trop d’eau de Javel altérant la couleur d’une surface).

Consultez la FDS si vous avez des questions ou des préoccupations concernant les produits chimiques utilisés dans votre lieu de travail. L’employeur doit rendre la FDS facilement accessible aux travailleurs qui veulent la consulter ainsi qu’en cas d’urgence.

Considérations additionnelles

Hauteur de pulvérisation. Si la pulvérisation est nécessaire, elle ne doit être effectuée qu’avec l’aide de la gravité. Une pulvérisation effectuée au-dessus de la taille ou – pis encore –, au-dessus des épaules, augmentera le risque d’inhalation par l’utilisateur (et toute autre personne à proximité) et augmentera également les risques de contact avec la peau, soit par gravité, soit par « retour » sous pression.

Sécurité dans le lieu de travail. Si la pulvérisation est utilisée dans un lieu de travail, aucune autre personne ne doit être présente dans la zone de travail à moins qu’elle n’ait reçu toute la formation et l’équipement de protection individuelle nécessaires pour effectuer le travail en toute sécurité.

Terminologie (aux fins de cette fiche – les définitions exactes varient)

Pulvérisateur à gros jet : Un dispositif qui pulvérise des gouttelettes de liquide sans créer une majorité de particules susceptibles d’être en suspension dans l’air et d’être inhalées.

Pulvérisateur d’aérosol, pulvérisateur à jet fin ou brumisateur : Un dispositif qui pulvérise des liquides qui créent des particules suffisamment petites pour que certaines restent en suspension dans l’air assez longtemps pour être inhalées.

Pulvérisateur électrostatique : Un dispositif qui pulvérise un liquide désinfectant sous la forme d’un aérosol fin qui est ensuite chargé électriquement (c’est-à-dire, nettoyants, assainissants et désinfectants) lorsqu’il passe à travers d’une buse de pulvérisation. Les gouttelettes chargées qui sont générées se repoussent et cherchent activement des surfaces dans l’environnement auxquelles elles peuvent adhérer.

Fiches de données de sécurité (FDS) : Ce sont des documents sommaires qui fournissent de l’information sur les dangers associés à un produit et des conseils sur les précautions de sécurité. Les FDS sont généralement rédigées par le fabricant ou le fournisseur du produit.

 

[i] OMS, 15 mai 2020. Nettoyage et désinfection des surfaces environnementales dans le cadre de la COVID-19 : orientations provisoires, https://apps.who.int/iris/bitstream/handle/10665/332167/WHO-2019-nCoV-Disinfection-2020.1-fre.pdf

[ii] CDC, 2008. Guideline for Disinfection and Sterilization in Healthcare Facilities (mis à jour en mai 2019), https://www.cdc.gov/infectioncontrol/pdf/guidelines/disinfection-guidelines-H.pdf

[iii] Ontario Agency for Health Protection and Promotion (Santé publique Ontario), 2020. Foire aux questions : COVID-19 : Systèmes de désinfection par pulvérisation électrostatique. Toronto (Ontario), Imprimeur de la Reine pour l’Ontario, https://www.publichealthontario.ca/-/media/documents/ncov/ipac/2020/07/faq-covid-19-electrostatic-sprayers.pdf?la=fr