York UniversityLes travailleurs de l’éducation de l’Université York ont voté pour le mandat de grève en réaction à la réticence de l’institution à aborder les enjeux liés au racisme et à la sécurité à la table de négociation.

Ces employés, qui comprennent des professeurs contractuels, des aides-enseignants et des diplômés auxiliaires d’enseignement, sont représentés par la section locale 3903 du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP).

Le SCFP 3903 lutte pour obtenir une meilleure équité en matière d’emploi, une meilleure stabilité des emplois et un retour sécuritaire au campus en temps de pandémie, selon Gizem Çakmak, membre de l’équipe de négociation du SCFP 3903.

Le syndicat souhaite que l’université aborde l’enjeu du manque de représentation des groupes qui revendiquent l’équité parmi les professeurs contractuels et accorde la priorité à l’embauche d’enseignants noirs, autochtones, de femmes de couleur et de personnes handicapées.

« Le personnel enseignant de l’Université York ne reflète pas la diversité de la communauté universitaire malgré la noble rhétorique de l’Université sur l’équité et l’inclusion », a déclaré Gizem Cakmak. « Ils ont maintenant l’occasion de se conformer à leurs idéaux et d’éliminer le manque de diversité en s’engageant véritablement à lutter contre le racisme. »

Le SCFP 3903 est également préoccupée par le projet de l’université d’offrir jusqu’à 50 % des cours en personne au cours du semestre d’automne, sans prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité des personnes, notamment en réduisant la taille des classes et en appliquant les lignes directrices en matière de santé publique.

La direction du syndicat doute de l’engagement de l’administration de l’université à négocier de bonne foi, puisqu’elle continue de se diriger vers un conflit de travail.

Depuis le 5 juillet, l’Université York a la possibilité de mettre les membres du syndicat en lock-out, après avoir demandé de ne pas instituer de commission de conciliation en juin.

« À chaque étape de ce processus, c’est l’Université qui a choisi de se diriger vers un conflit de travail, ce qui a incité les membres à approuver un mandat de grève », a déclaré Vanessa Lehan, présidente du SCFP 3903. « La sécurité de nos membres et de nos étudiants devrait être une priorité commune, mais nous sommes confrontés à un lock-out, au lieu de travailler ensemble à trouver des solutions. »

Les parties retournent à la table de négociation le 12 juillet. La dernière convention collective collective a pris fin le 31 août 2020.