Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

TORONTO – Le plus gros syndicat ontarien invite tous les partis provinciaux à appuyer le projet de loi sur l’affirmation de l’orientation et de l’identité sexuelles de la députée Cheri DiNovo.

« En fait, a déclaré le président de la division ontarienne du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP-Ontario), Fred Hahn, je suis stupéfié qu’on ait besoin d’une loi pour forcer le gouvernement à cesser de subventionner la “thérapie de conversion”, une pratique dangereuse et totalement discréditée. »

Le projet de loi 77 de la députée néo-démocrate de Parkdale-High Park ferait en sorte que l’assurance-santé ne rembourserait pas les tentatives visant à modifier l’orientation ou l’identité sexuelle des patients. Il interdirait aussi aux professionnels de la santé de faire toute tentative visant à diriger ou à modifier l’orientation ou l’identité sexuelle autodéterminée d’une personne mineure.

Au dévoilement de son projet de loi, Mme DiNovo était accompagnée d’Erika Muse, une citoyenne de Hamilton qui a dû subir une « thérapie » de ce genre à l’âge de 16 ans. Mme Muse a qualifié cette pratique d’abusive plutôt que thérapeutique, en précisant qu’elle s’était sentie « violentée et blessée ». Elle a raconté avoir traversé une longue période dépressive et suicidaire à la suite de ce « traitement » remboursé par l’assurance-santé ontarienne.

Le projet de loi de Mme DiNovo fait suite au terrible suicide, en décembre dernier, de Leelah Alcorn, une adolescente de l’Ohio qui avait souffert aux mains de thérapeutes qui cherchaient à la « guérir ». Sa lettre de suicide se terminait par les mots « Soignez la société. Par pitié. »

« L’expérience d’Erika et la mort tragique de Leelah illustrent la nécessité du changement, a déclaré Patrick Hannon, technicien de la construction et vice-président à la diversité (LGBTTI) du SCFP-Ontario. Il n’y avait rien à guérir chez Erika et Leelah. Ce qui ne tourne pas rond, c’est une société qui veut forcer les gens à être ce qu’ils ne sont pas. Ce type de rejet fait terriblement mal; il explique le haut taux de suicide au sein des communautés LGBTTI. »

Le SCFP est fier d’appuyer la Loi sur l’affirmation de l’orientation et de l’identité sexuelles. Notre syndicat soutient les travailleurs et les communautés LGBTTI depuis longtemps. Nous intégrons à nos conventions collectives des articles sur l’inclusion. En outre, nous avons appuyé Martine Stonehouse, une syndiquée SCFP, dans une affaire de droits de la personne qui a abouti au retour de la chirurgie pour changement de sexe sur la liste des interventions couvertes par l’assurance-santé. Enfin, nous avons plaidé l’affaire Rosenberg qui a abouti à la reconnaissance d’avantages sociaux aux conjoints de même sexe.

Le SCFP est le syndicat communautaire de l’Ontario. Ses membres fournissent les services publics de qualité dont nous dépendons tous au quotidien. Ils sont fiers de travailler dans les services sociaux, la santé, l’éducation, le secteur municipal et le transport aérien.

Pour en savoir plus, contactez :

Craig Saunders

Service des communications du SCFP
 416-576-7316