Simon Fraser UniversityL’Association étudiante de l’Université Simon Fraser et le Syndicat canadien de la fonction publique ont ratifié une nouvelle convention collective de cinq ans pour le personnel de l’association. Le nouveau contrat élimine une structure salariale à disparités de traitement et garantit un salaire décent à chaque membre du SCFP travaillant à l’association d’ici 2023.

Le SCFP 3338, la section locale représentant les 40 travailleuses et travailleurs de l’association, affirme que la nouvelle convention collective sonne l’avènement d’un milieu de travail plus juste et plus équitable.

« Les disparités de salaire n’ont pas leur place au travail », souligne la présidente du SCFP 3338, Fiona Brady Lenfesty. « Je tiens à féliciter nos membres et à remercier l’association étudiante d’avoir travaillé avec nous pour remédier à cette injustice. Cette entente est un excellent exemple de ce que la négociation collaborative peut donner : des améliorations concrètes pour le personnel. »

La convention collective a été conclue après un an de négociations. Elle prévoit, entre autres des améliorations contractuelles, une augmentation de salaire de deux pour cent par année et un meilleur accès aux avantages sociaux pour l’ensemble du personnel.

Ayesha Khan, responsable des opérations à l’Association étudiante de l’Université Simon Fraser, affirme que son comité a pu « corriger les lacunes néfastes que l’ancienne direction, antisyndicale, avait stratégiquement mises en place pour démanteler le pouvoir des travailleuses et des travailleurs. Nous sommes incroyablement fiers du travail effectué des deux côtés de la table pour établir un accord plus équitable pour notre personnel, notamment en augmentant le salaire des étudiantes et des étudiants et en créant de nouvelles dispositions pour permettre aux personnes s’auto-identifiant comme autochtones de se prévaloir de jours de congé payés pour participer à des cérémonies. Une convention collective solide, centrée sur le personnel, mène à un lieu de travail sain. »

Le comité de négociation de l’association étudiante se composait d’étudiantes et d’étudiants de premier cycle de l’Université Simon Fraser issus des communautés en quête d’équité suivantes : personnes autochtones, personnes noires et autres personnes de couleur, personnes ayant un handicap et neurodifférentes, et personnes 2SLGBTQIA+.

Le SCFP 3338 représente plus de 1200 membres dans six unités de négociation travaillant principalement sur les campus de l’Université Simon Fraser.