Les travailleuses et les travailleurs de soutien à la santé œuvrant pour l’Office régional de la santé de Winnipeg (ORSW), Soins communs, l’Office régional de la santé du Nord (ORSN) et Southern Health-Santé Sud (SH-SS), au Manitoba, ont envoyé un message clair à leurs employeurs : ils ont voté à 97 pour cent en faveur de la grève. 

« Ces gens ont voté en faveur de la grève parce qu’ils en ont assez de l’incapacité du gouvernement à reconnaître leur valeur », explique Shannon McAteer, coordonnatrice du secteur de la santé au SCFP. « Ces personnes ont tant enduré de choses avec si peu de soutien; manifestement, elles sont prêtes à débrayer si nécessaire. » 

Ces travailleuses et ces travailleurs ont mis leur vie et celle de leurs proches en danger quotidiennement en se présentant au travail, en première ligne de la pandémie, dès le premier jour. Or, ce fait n’a pas été reconnu à la table de négociation. 

« À l’heure actuelle, le Manitoba compte 18 000 employées et employés de soutien en soins de santé qui sont épuisés et qui ne se sentent pas respectés par leur gouvernement, même si on les salue comme des héros », raconte Debbie Boissonneault, présidente du SCFP 204. « Nous sommes en présence à la fois d’un mandat de grève écrasant et d’une critique cinglante de l’incapacité de l’État à respecter le personnel de la santé. » 

Par ce vote, les membres du SCFP du secteur de la santé ont envoyé un message clair au gouvernement, avec une moyenne provinciale de 97 pour cent en faveur de la grève.

Voici les résultats par région : 

  • À l’ORSW et chez Soins communs, représentés par le SCFP 204 et le SCFP 500, les membres ont voté à 99 pour cent en faveur de la grève. 
  • À l’ORSN, représenté par le SCFP 8600, les membres ont voté à 98 pour cent en faveur de la grève.
  • Chez SH-SS, représenté par le SCFP 4270, les membres ont voté à 92 pour cent en faveur de la grève.

« Les travailleuses et les travailleurs de la santé bossent plus fort que jamais depuis un an et demi, parce qu’ils se consacrent à fournir les services nécessaires pour que la population reçoive des soins de santé de la plus haute qualité possible », rappelle Darrin Cook, président du SCFP 4270.