Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

OTTAWA, ON – Les familles dont les enfants fréquentaient la garderie Tupper Tots avant sa fermeture soudaine, le 28 novembre, ont été abandonnés par les trois paliers de gouvernement, affirment les partisans des garderies accréditées à Ottawa.

Alors que le député d’Ottawa-Centre Paul Dewar évoquait la détresse des familles à la période des questions la semaine dernière, les partisans de la garderie en faillite ont accusé le gouvernement Harper d’être responsable de sa fermeture. Celui-ci aurait abandonné sa politique de services de garde en milieu de travail.

« La triste fin de cette ressource communautaire importante n’est qu’une autre preuve de l’hostilité du gouvernement Harper envers les parents qui travaillent », avance Shellie Bird, agente d’éducation au Syndicat canadien de la fonction publique. Le SCFP représentait les employés de Tupper Tots.

À son ouverture dans les années 1980, la garderie Tupper Tots s’inscrivait dans une politique fédérale de services de garde en milieu de travail qui s’appliquait à une douzaine de garderies au pays, dont trois à Ottawa. Ce programme fournissait des services de garde aux fonctionnaires fédéraux, ainsi qu’aux autres parents des environs.

Or, en 2013, le ministère qui accueillait la garderie, Travaux publics et Services gouvernementaux Canada, a mis fin à son bail dans l’édifice Sir-Charles-Tupper, sur le chemin Riverside. Contrainte à déménager, la garderie a subi d’importants coûts de rénovation et de réouverture à son emplacement. Le mois dernier, elle a dû déclarer faillite, puisqu’elle n’arrivait plus à combler ses places maintenant non subventionnées.

« Le plus frustrant, c’est que les locaux qui accueillaient précédemment la garderie Tupper Tots sont toujours vacants, explique Mme Bird. Il y avait là une garderie grouillante de vie qui offrait des services de garde abordables et accessibles. Aujourd’hui, ce n’est plus qu’un vaste espace désert et inutile. »

Mme Bird souligne que les autres paliers de gouvernement sont en partie responsables, directement ou indirectement, de la fermeture de Tupper Tots. « N’oublions pas que le gouvernement Wynne n’a pas financé adéquatement les services de garde pour les rendre réellement accessibles aux parents. En fait, les modifications apportées à la formule provinciale de financement ont accru l’instabilité dans le réseau. »

« Et que dire du refus de la Ville d’Ottawa de se saisir du dossier et d’aider les familles à sauver leur garderie? ajoute-t-elle. La Ville aurait pu se forcer pour qu’on évite cette tragédie. »

Les partisans et les alliés des clients de Tupper Tots cherchent des moyens pour accommoder les familles qui ont besoin de trouver des places en garderie… et de dire adieu au personnel licencié.

« La relation entre les enfants et le personnel de Tupper Tots était vitale à leur croissance et à leur bien-être, s’émeut, Mme Bird. Cette relation a été brisée. Stephen Harper devrait avoir honte. »

Pour en savoir plus, contactez :

Shellie Bird

Agente d’éducation, section locale 2204 du SCFP
 613-233-0228

Mary Unan

Service des communications du SCFP
905-739-3999 poste 240