Le Conseil des syndicats hospitaliers du Nouveau-Brunswick, section locale 1252 du SCFP, qui représente plus de 9 000 travailleurs de la santé, a reçu une décision importante de la Commission du travail et de l’emploi du Nouveau-Brunswick concernant les infirmières auxiliaires autorisées (IAA).

En 2020, le Syndicat des charpentiers avait fait une application pour diviser l’unité de négociation pour représenter uniquement les 2 000 infirmières auxiliaires autorisées de la section locale 1252 du SCFP.

Elizabeth MacPherson, vice-présidente de la Commission du travail et de l’emploi du Nouveau-Brunswick, a rédigé la décision et s’est prononcée contre la fragmentation de l’unité de négociation. La Commission est parvenue à cette conclusion après un examen approfondi des preuves, des observations, des témoignages et des témoins des deux parties.

Macpherson a conclu que la fragmentation de l’unité de négociation des services aux patients n’était pas appropriée, notamment parce qu’elle aurait un effet préjudiciable sur le pouvoir de négociation des IAA. Comme 85 % des infirmières auxiliaires sont désignées comme « essentielles » et ne peuvent pas faire grève, l’unité syndicale qui en résulterait n’aurait que peu ou pas de pouvoir de négociation avec l’employeur. À ce constat elle a ajouté ce qui suit : « Sans le pouvoir du collectif, les enjeux chers aux IAA recevraient encore moins d’attention qu’à l’heure actuelle et les possibilités de traiter des enjeux tels que celui des accommodements au travail seraient réduits ».

Macpherson a convenu avec les deux parties que le champ d’activité professionnelle des IAA a considérablement évolué et s’est élargi depuis les années 1970. Toutefois, cela ne signifie pas qu’elles ne partagent plus une « communauté d’intérêts » avec les autres professions de l’unité de négociation des services aux patients.

Bien que la Commission ait appris que les IAA sont à juste titre frustrées par la lenteur du processus d’évaluation des emplois, les retards n’étaient pas le fait de la section locale 1252 du SCFP« La Commission a déclaré que le processus est bilatéral. Cela signifie que l’employeur doit faire sa part pour que le processus puisse fonctionner », a déclaré Norma Robinson, présidente de la section locale 1252 du SCFP.

La section locale 1252 du SCFP convient que le travail important effectué par les IAA et par tous les travailleurs de la santé mérite une meilleure reconnaissance de la part de leur employeur.

« La décision du Conseil arrive au bon moment. La solidarité est essentielle pour que les travailleurs de la santé puissent affronter le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Blaine Higgs, qui veut nous imposer à tous un gel des salaires », a déclaré Mme Robinson.

« Unis, nous pouvons repousser le mandat salarial injuste. Unis, nous devons amener le gouvernement à régler la scandaleuse crise de recrutement et de rétention en santé. Unis, nous agirons pour mettre fin à la violence dans les lieux de travail et pour améliorer la vie des travailleurs », a-t-elle conclu.