La Déclaration universelle des droits de l’homme (DUDH) contient 30 articles sur les droits de la personne qui englobent un large éventail de droits fondamentaux, dont le droit de former un syndicat et d’y adhérer, le droit de ne pas subir de discrimination fondée sur le sexe, la race ou d’autres motifs protégés, ainsi que le droit à la santé, à l’éducation et à l’égalité. Ces droits sont essentiels à notre solidarité entre travailleuses et travailleurs et entre membres de la communauté internationale.

La Déclaration demeure aussi pertinente aujourd’hui qu’il y a sept décennies. La pandémie a mis en lumière des inégalités profondes qui subsistent au Canada et ailleurs dans le monde, menant à des appels en faveur de réactions et de mesures de relance axées sur les droits de la personne.

La COVID-19 a eu un impact disproportionné sur les personnes marginalisées par diverses formes d’oppression, notamment le sexisme, le racisme, le colonialisme, le capacitisme, l’homophobie et la transphobie. Les femmes, les personnes noires, autochtones et racisées, les personnes en situation de handicap et les personnes LGBTQ2+ sont plus susceptibles de subir les impacts négatifs de cette pandémie mondiale.

Un récent rapport du Centre canadien de politiques alternatives le démontre clairement. Pendant la pandémie, les ménages autochtones ou racisés ont eu le plus de difficultés à assumer leurs responsabilités financières de base. Les travailleuses et travailleurs racisés étaient surreprésentés dans les industries qui ont subi 80 pour cent des pertes d’emplois durant la pandémie. De plus, les femmes autochtones étaient majoritaires dans les professions à risque plus élevé de contracter la COVID-19 au travail.

Parallèlement à la pandémie, la violence d’État contre les personnes noires et autochtones se poursuit et le nombre de groupes haineux d’extrême droite ne cesse d’augmenter.

Pour ces raisons et plus encore, le thème 2021 des Nations unies pour cette journée est « Égalité - Réduire les inégalités, faire progresser les droits de l’homme », en lien avec l’article 1 de la DUDH, « Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits ». Les droits de la personne doivent se concentrer sur l’égalité et la non-discrimination pendant les efforts de relance dans un monde post-COVID-19, afin que les travailleuses et travailleurs puissent avancer ensemble.

L’engagement de longue date du SCFP à l’égard des droits de la personne souligne que ces luttes sont étroitement liées à celles des droits des travailleuses et travailleurs. Il reconnaît aussi que nous partageons des objectifs communs avec les mouvements communautaires de défense de la justice de genre, raciale et sociale. Le travail en coalition et la mobilisation dans nos collectivités sont les moyens les plus efficaces pour opérer un changement et accomplir réellement l’équité et le respect des droits de la personne.

Ce que vous pouvez faire: