Suite au succès de la campagne Repensons les services de gardes, le SCFP lancera une nouvelle campagne excitante, appelée Des services de garde pour tous. Nous avons tous des histoires à raconter sur la difficulté que nous avons à trouver des services de garde de qualité ainsi qu’abordables, que ce soit pour nous-mêmes, des membres de notre famille ou nos amis. Lors de cette campagne, nous avons partagé ces histoires afin de continuer d’exercer des pressions politiques sur nos gouvernements pour des services de garde abordables.

La campagne Des services de garde pour tous encouragera les membres à se servir de leurs propres histoires pour préconiser une action politique sur les services de garde. Des ateliers d’action politique seront offerts pour enseigner aux membres du SCFP comment raconter leurs histoires au sujet des services de garde afin de persuader et de motiver d’autres personnes. Par la suite, les membres seront soutenus pour prendre des mesures en faveur des services de garde avec d’autres défenseurs dans leurs collectivités.

Joignez-vous à la campagne ! Inscrivez-vous ici.

Ce que nous voulons :

Des frais abordables

Des services de garde abordables sont loin d’être une réalité pour la plupart des parents et des enfants partout au Canada. À 1 321 $ par mois à Vancouver et 1 649 $ par mois à Toronto, les frais de garde moyens dans de nombreuses villes canadiennes sont aberrants[1]. Une étude effectuée pour la Ville de Toronto a conclu que les garderies agréées étaient inabordables pour 75 pour cent des familles[2]. Ces frais ne diminuent pas — les frais pour les tout-petits ont augmenté de 8 pour cent dans les plus grandes villes canadiennes entre 2014 et 2016, et ce malgré un taux d’inflation de 2,5 pour cent[3]. Les services de garde ne sont pas accessibles à moins qu’ils soient abordables. Les familles ont besoin de services de garde abordables dès maintenant.

Un travail décent pour les travailleurs des services de garde

La main-d’œuvre des services de garde est la clé de services de garde de qualité. En ce moment, les travailleurs des services de garde, dont bon nombre sont des membres du SCFP, reçoivent des salaires insuffisants, ainsi que de mauvais avantages sociaux et conditions de travail. Partout au pays, le salaire pour 25 pour cent de tout le personnel des services de garde est de moins de 14,00 $ de l’heure et le salaire moyen du personnel des services de garde était de 16,50 $ en 2012[4]. C’est pourquoi un travail décent et des salaires décents pour les travailleurs des services de garde doivent être le fondement de tout système de garderies.

Des services de garde publics sans but lucratif

La recherche est claire : des services de garde publics sans but lucratif reçoivent constamment des classements de qualité plus élevés que les garderies à but lucratif. Les mégaentreprises de services de garde se répandent de plus en plus avec 30 pour cent des places en garderie partout au Canada en 2012[5]. Lorsque des entreprises dominent le marché, les frais facturés aux parents montent en flèche et les gouvernements font des paiements importants pour assurer les profits des actionnaires. Nous devons voir à ce que les investissements futurs dans les services de garde soient faits dans des services de garde publics sans but lucratif au Canada.

Pour en savoir davantage, allez à scfp.ca/services-de-garde.


[1] David Macdonald et Martha Friendly, Une préoccupation croissante : les frais de garde d’enfants dans les grandes villes canadiennes (Centre canadien de politiques alternatives, décembre 2016), https:// https://www.policyalternatives.ca/publications/reports/une-pr%C3%A9occup….

[2] Gordon Cleveland et al., City of Toronto Licensed Child Care Demand and Affordability Study” (Étude sur la demande et l’accessibilité des garderies agréées dans la ville de Toronto) (Ville de Toronto, octobre 2016), https://www1.toronto.ca/City%20Of%20Toronto/Children%27s%20Services/File… (en anglais seulement).

[3] Macdonald et Friendly, Une préoccupation croissante : les frais de garde d’enfants dans les grandes villes canadiennes.

[4] Oui ça nous touche encore : Une enquête auprès des garderies éducatives et des centres CPE au Canada (Conseil sectoriel des ressources humaines des services de garde à l’enfance).

[5] Carolyn Ferns et Martha Friendly, The State of Early Childhood Education and Care in Canada 2012 (La situation de la garde et de l’éducation de la petite enfance au Canada en 2012), Moving Child Care Forward, juin 2014, http://childcarecanada.org/sites/default/files/StateofECEC2012.pdf (en anglais seulement).