Le coronavirus 2019 (COVID-19) est une nouvelle maladie qui a infecté des milliers de personnes à travers le monde, mais principalement en Chine. Originaire de la région de Wuhan en Chine, la maladie est causée par un virus de la même famille que le SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère). Bien qu’il s’agisse d’une maladie grave, les indications montrent qu’elle n’est probablement pas aussi mortelle que le SRAS.

Un coronavirus « général »

Selon Santé Canada, les coronavirus (CoV) constituent une vaste famille de virus pouvant provoquer des maladies diverses, allant du simple rhume à des maladies plus graves. Certains coronavirus se transmettent d’un animal à l’autre, certains, d’un animal à une personne et d’autres, d’une personne à l’autre. Bien qu’il ait été déterminé que le virus peut se propager d’une personne à l’autre, le mode de transmission du virus n’a pas encore été clairement établi.

L’American Center for Disease Control and Prevention identifie quatre principaux types de CoV, où les infections sont assez courantes, entraînant généralement les symptômes du rhume. Toutefois, il existe des types rares de CoV comme le SRAS et le MERS (syndrome respiratoire du Moyen-Orient) qui peuvent être beaucoup plus graves et entraîner une pneumonie, une insuffisance respiratoire, une insuffisance rénale, ou même la mort.

Les pratiques courantes tiennent toujours

Pour aider à réduire la probabilité d’être infecté par une infection virale, les pratiques courantes restent :

  • Lavez-vous souvent les mains à l’eau et au savon pendant au moins 20 secondes
  • Évitez de vous toucher les yeux, le nez ou la bouche avec des mains non lavées
  • Évitez les contacts étroits avec les personnes malades

Sécurité au travail

Les travailleurs de certains secteurs (par exemple, les soins de santé et les transports) sont plus susceptibles d’être exposés à des virus et à d’autres agents pathogènes. Les employeurs ont l’obligation générale de prendre toutes les précautions raisonnables dans les circonstances pour protéger les travailleurs des dangers dans leur lieu de travail. Les employeurs de ces secteurs devraient déjà avoir mis en place des plans efficaces pour des interactions quotidiennes régulières.

Lorsque de nouveaux virus sont découverts, les employeurs, en consultation avec leur comité de santé et de sécurité ou les représentants des travailleurs, doivent suivre une méthodologie appropriée d’évaluation des risques qui examine les virus et détermine si les contrôles existants sont appropriés. L’objectif d’un plan de prévention doit être d’éliminer autant que possible l’exposition au virus infectieux. Les choix doivent être guidés par une hiérarchie de contrôles et inclure :

Contrôles techniques

  • Utilisez des salles d’isolement, des zones autonomes et des chambres à pression négative pour réduire l’exposition en cas de suspicion de cas
  • Ventilez adéquatement au moyen d’unités de filtration d’air à particules à haute efficacité (HEPA)
  • Établissez des plans visant à modifier l’espace physique des lieux de travail pour prévenir la propagation des virus et des maladies de type grippal
  • Séparez les entrées, sorties et zones de triage dans les lieux de travail des soins de santé pour les personnes soupçonnées d’être atteintes d’un CoV, de la grippe ou de symptômes connexes

Contrôles administratifs

  • Élaborez un plan de contrôle de l’exposition avant l’apparition d’une épidémie
  • Stockez et gérez la distribution d’équipements de protection individuelle (EPI)
  • Dotez le personnel de façon qui tient compte des taux élevés de congés de maladie
  • Éduquez les travailleurs, les patients et les visiteurs sur les virus et la grippe, y compris les mesures à prendre pour atténuer l’exposition
  • Regroupez les patients infectés dans les établissements de soins de santé et limitez l’exposition des travailleurs aux patients infectés
  • Combinez des tâches pour limiter le nombre de travailleurs qui pénètrent dans les zones où se trouvent des patients infectés
  • Établissez des protocoles efficaces en matière d’environnement, d’entretien ménager et de blanchisserie (le cas échéant) pour réduire la propagation des virus et de la grippe
  • Fournissez des installations d’hygiène et de lavage des mains efficaces

Équipement de protection individuelle

  • Portez des appareils respiratoires N95 testés et adaptés ou des appareils respiratoires plus protecteurs certifiés par le NIOSH
  • Portez des gants, des écrans faciaux et des blouses
  • Communiquez les politiques et les procédures pour s’assurer que les appareils respiratoires N95 sont testés chaque année ou lorsque les caractéristiques du visage changent

Nota : L’utilisation de masques de type chirurgical n’offre pas une protection adéquate contre l’exposition aux virus. Une protection minimale est généralement assurée par un appareil respiratoire N95. Tous les travailleurs qui sont testés avec un appareil respiratoire N95 doivent porter une identification indiquant le type et la taille de leur appareil respiratoire. En outre, les travailleurs doivent recevoir une formation sur tous les aspects des équipements de protection individuelles (mise en place, port, retrait, élimination, etc.).

Ce que nous avons appris du SRAS – prenez des précautions

À la suite de l’épidémie de SRAS, l’Ontario a créé une commission chargée d’examiner l’introduction et la propagation du SRAS. Dans le rapport final, le chef de cette commission, le juge Archie Campbell, dans ses commentaires sur le principe de précaution, a écrit ceci : « Nous ne pouvons pas attendre la certitude scientifique avant de prendre des mesures raisonnables pour réduire les risques. »

Dans ce rapport, le principe de précaution a été identifié comme une approche pour protéger les travailleurs dans des circonstances d’incertitude scientifique, reflétant la nécessité de prendre des mesures prudentes face à des virus potentiellement graves sans avoir à attendre la preuve scientifique complète qu’une action est nécessaire.

Les voies de transmission de ce nouveau CoV ne sont pas encore connues. Si ce virus devait atteindre le Canada, les considérations relatives aux différentes protections énumérées ci-dessus devraient être envisagées dans l’optique d’une prévention totale de l’infection pour les travailleurs. Donc, si nous ne sommes pas sûrs que le virus ne se propage pas par l’air, nous devons le traiter comme tel.

Quelle est la suite des choses?

Il existe actuellement un nombre limité de cas de coronavirus COVID-19 au Canada.

Le SCFP est actuellement en train de mettre à jour ses lignes directrices pour la transmission de matériel biologique, mais les ressources connexes suivantes sont actuellement disponibles :