Ron Verzuh

Lorsque Nelson Mandela est décédé le 5 décembre 2013, les membres du SCFP ont partagé leur douleur avec le reste du monde. Sa grandeur nous a tous touchés et nous avons pleuré sa perte. Grâce au comité national sur la solidarité internationale créé dans la foulée du congrès national tenu à Québec en 1987, le SCFP a été en mesure d’agir dès la fin de l’apartheid.

La première tâche du comité a été d’élaborer un ensemble de principes de fonctionnement fondés sur le concept de solidarité entre travailleurs. Puis, nous avons travaillé à la mise sur pied de notre premier partenariat de solidarité internationale. Nous avons ciblé l’Afrique du Sud car les besoins des travailleurs qui luttaient contre la tyrannie et pour la démocratie étaient particulièrement criants.

Rapidement des liens ont été tissés entre le SCFP et le Syndicat national des travailleurs de l’éducation et de la santé (NEHAWU). Cette première collaboration a été clairement inspirée de la lutte des Sud-Africains contre l’apartheid. Les échanges se sont poursuivis et nos membres ont appris à connaître les efficaces méthodes de recrutement utilisées par le NEHAWU. De leur côté, les syndicalistes sud-africains ont étudié notre structure, nos affiliations politiques et les tâches effectuées par notre personnel.

Au cours d’une visite, des membres du NEHAWU ont participé à la conférence nationale du SCFP sur la santé à Montréal, à l’invitation de la présidente nationale d’alors, Judy Darcy. C’était l’hiver et il faisait un froid glacial. Le climat politique, lui, était surchauffé, car les syndicalistes québécois protestaient contre les compressions à l’assurance-chômage.

Comme nous nous apprêtions à aller manifester dans une terrible tempête de neige, des membres de Montréal ont fourni à leurs confrères sud-africains des parkas, des foulards et des bottes. Ceux-ci ont affronté l’hiver pour la première fois de leur vie pour marcher en première ligne aux côtés de Judy DarcyL’un des membres du NEHAWU, qui tentait tant bien que mal de se réchauffer, a eu la réflexion suivante : « Si nous avions eu ce type de météo en Afrique du Sud, nous n’aurions peut-être jamais réussi à vaincre l’apartheid. » Nous avons bien ri et nous savions que nous avions de la chance de devoir faire face à des tempêtes de neige plutôt qu’à des balles et à des bombes.

Le SCFP a ensuite établi un partenariat productif avec le Syndicat des travailleurs municipaux d’Afrique du Sud (SAMWU), un autre syndicat qui a lutté contre l’apartheid. Cette association est encore active aujourd’hui et les deux syndicats se soutiennent mutuellement en cas de grèves ou pour d’autres activités.

Maintenant que Mandela n’est plus, nous nous rappelons avec beaucoup de respect son immense contribution à l’humanité. Le mouvement de solidarité internationale dont a fait partie le SCFP a aidé à concrétiser une partie du rêve de Nelson Mandela.

Ron Verzuh est un ancien membre du personnel du SCFP. Il travaillait dans le domaine de la solidarité internationale.