Saint-Constant LogoLa semaine dernière, la Ville de Saint-Constant annonçait aux syndiqués mis à pied, à ceux encore à l’emploi ainsi qu’au SCFP 2566 qu’elle envisageait de sous-traiter le travail d’horticulture et les travaux d’asphaltage.

« C’est à ne rien comprendre! Pour démontrer notre ouverture et notre esprit de collaboration, le SCFP a déposé auprès de l’administration de la Ville deux soumissions, une pour les services de l’horticulture et une autre pour les travaux d’asphaltage. Dans les deux cas, faire faire le travail par les salariés du syndicat est moins dispendieux. Depuis, aucun retour de la part de la Ville à ce sujet », de dénoncer Carole Bouchard, conseillère syndicale du SCFP.

Ce qui est encore plus incompréhensible, c’est que la pénurie de personnel se fait sentir dans l’ensemble des municipalités du Québec. Si Saint-Constant perd sa main-d’œuvre qualifiée, il y aura sans doute un impact sur divers autres services à la population.   

« Encore une fois, c’est un non-sens. La Ville a investi dans de l’équipement pour ses cols bleus. Elle s’est toujours dite très fière du service d’horticulture, vantant même les mérites de son personnel. Pourquoi alors se priver de cette expertise longuement acquise? », ajoute celle-ci.

La situation est d’autant plus surprenante, puisqu’en 2019, l’employeur avait démontré beaucoup de fierté en ramenant avec succès le déneigement à l’interne, et ce, sans compter que cette décision avait engendré une économie d’environ 600 000 $. La réponse se trouve peut-être dans un rapport récent émis par une firme externe confirmant plusieurs lacunes en matière de gestion.

« Effectivement, il y a eu de nombreux changements de gestionnaires, mais la question demeure : pourquoi faudrait-il que les employés ainsi que les contribuables paient pour cette mauvaise gestion? », de conclure Carole Bouchard.