Matthew Firth | Service de Recherche du SCFP

De nombreuses sections locales du SCFP adoptent des mesures progressistes en matière d’environnement. Pour certaines, cela passe par la négociation d’un article dans la convention collective.

Les travailleurs et leurs collectivités accordent une grande importance aux défis environnementaux comme le changement climatique. Nous savons que les syndicats comme le SCFP peuvent faire partie de la solution, même à la table de négociation. On peut ainsi s’attaquer à de nombreux problèmes écologiques, ou au moins les reconnaître, dans la convention collective. Grâce au leadership syndical, nous pouvons exiger que les employeurs en fassent plus.

Objectifs et énoncés écologiques

Certaines sections locales du SCFP ont négocié des articles et des lettres d’entente qui fixent des objectifs d’amélioration environnementale en milieu de travail. Ces articles ont souvent une portée générale, au lieu de se concentrer sur une seule problématique. Cette approche peut aider les syndiqués à souligner l’importance de ces questions au travail, ce qui sert ensuite de tremplin à la négociation de clauses sur des enjeux environnementaux précis.

Par exemple, la section locale 3886 à l’Université Royal Roads, à Victoria, a négocié une clause d’intendance environnementale.

« Conformément à la mission de l’Université en matière d’environnement, l’Université et le Syndicat s’engagent à élaborer et à faire respecter des normes élevées d’intendance environnementale. Notre mission est d’être un chef de file mondial en matière de durabilité environnementale par la mise en œuvre de stratégies innovantes qui favorisent la protection et la préservation de l’environnement. »

Transports

Les transports sont la deuxième source de pollution par le carbone au Canada : 23 pour cent en 2016. Toutes les mesures qu’employeurs et travailleurs peuvent prendre pour réduire la pollution liée aux transports sont bénéfiques pour l’environnement et la santé des travailleurs.

À Ottawa, le SCFP 3942 a négocié un article qui encourage l’utilisation du vélo. L’employeur rembourse les frais d’essence et d’usure des véhicules des travailleurs qui se déplacent en voiture pour se rendre au travail ou visiter des clients. Maintenant, il le fait aussi pour ses employés cyclistes. Selon le président du SCFP 3942, Denis Savard, le personnel de l’organisme de services sociaux voit dans cette démarche un geste écologique progressiste qui encourage les déplacements en vélo, que ce soit pour l’aller-retour au travail ou pour visiter des clients.

Voici la clause que contient leur convention collective :

« L’employé qui voyage à vélo pour l’entreprise de l’employeur est rémunéré au taux de vingt-cinq cents (25 ¢) le kilomètre. »

Le SCFP 402 et la ville de Surrey ont négocié une clause dans laquelle l’employeur rembourse jusqu’à 30 pour cent du coût des titres de transport en commun. Les membres du SCFP 4557 à l’Église Unie du Canada/Kairos ont une clause similaire.

Conservation et durabilité

La promotion de la conservation et la durabilité au travail contribue à améliorer la performance environnementale d’un lieu de travail et à réduire les gaz à effet de serre. Certaines sections locales du SCFP ont utilisé leur convention collective pour pousser l’employeur à appliquer des principes domestiques de conservation et de durabilité au travail.

Le SCFP 1169, à Calgary, a négocié une clause qui encourage les pratiques durables au travail. Cela a mené à une croissance de ces pratiques grâce à la création d’un comité de l’environnement formé pour mettre en place des clauses écologiques lors de la négociation. Ainsi, les 18 succursales de la Bibliothèque publique de Calgary ont adopté le recyclage, la réduction des déchets et des emballages et l’utilisation de produits ménagers écologiques.

« La direction et le syndicat reconnaissent l’importance des pratiques environnementales durables dans notre milieu de travail, pour lesquelles ils partagent un intérêt, un respect et un engagement. Dans la poursuite de cet objectif, les parties reconnaissent que des changements sont nécessaires, suivant une transition réfléchie, et que la mise en œuvre de ces changements passe par la coopération. »

Produits et solutions de rechange écologiques

Changer les produits avec lesquels nous travaillons est un moyen simple et direct de réduire l’empreinte écologique d’un lieu de travail. Les produits et les procédés « verts » sont plus accessibles qu’avant. Ils sont devenus abordables et faciles à trouver. L’employeur devrait donc fournir des produits écologiques à ses employés, dans la mesure du possible.

Les membres du SCFP 2012-01 au Centre de ressources pour femmes de Terrace en Colombie-Britannique ont négocié un article progressiste qui leur permet d’appliquer les principes écologiques au travail :

« Les parties conviennent qu’un environnement de travail sûr et propre est essentiel pour effectuer les tâches de manière satisfaisante. L’employeur s’engage à chercher des produits respectueux de l’environnement. »

Les membres du SCFP 4153 au conseil scolaire de Hamilton-Wentworth ont mis sur pied un comité mixte d’examen des produits chimiques et du matériel où le syndicat et l’employeur ont chacun trois représentants. Les travaux de ce comité ont mené à des modifications de la convention collective pour tenir compte à la fois des répercussions sur l’environnement, la santé-sécurité et les effets des améliorations au-delà du lieu de travail.

Conclusion

Ces exemples montrent comment les sections locales du SCFP peuvent contribuer à l’avancement de la cause environnementale en améliorant les conditions de travail et en réduisant l’empreinte écologique des travailleurs. Faire pression sur les employeurs pour qu’ils acceptent l’ajout d’articles écologiques à la convention collective fait partie des stratégies servant à s’attaquer au changement climatique et aux autres défis environnementaux.

Enfin, les sections locales peuvent envisager de négocier des articles semblables sur la formation, la transition juste, l’approvisionnement, l’utilisation de véhicules électriques, etc.

Pour obtenir d’autres exemples ou du soutien dans l’élaboration d’un article écologique, écrivez à enviro@scfp.ca.