Le SCFP se réjouit de la promesse, la semaine dernière, d’un soutien fédéral pour les congés de maladie payés, les services de garde et le renforcement de l’approvisionnement canadien en équipement de protection individuelle, entre autres choses.

Le 16 juillet, le gouvernement fédéral a annoncé un plan de soutien de 19 milliards de dollars négocié avec les provinces, dont 7,5 milliards pour l’achat d’équipement de protection individuelle (EPI). Une somme de 1,1 milliard de dollars est affectée aux congés de maladie payés et 625 millions de dollars aux services de garde d’enfants.

Or, ce ne sont que des mesures temporaires. Afin d’en assurer l’efficacité pour les familles de travailleurs, le SCFP exhorte le fédéral à s’engager à rendre ces investissements permanents après la pandémie de COVID-19.

« C’est un bon début pour aider nos communautés à traverser cette pandémie », estime le président national du SCFP, Mark Hancock. « C’est le genre de soutien que nous réclamions bien avant la crise. Dans une pandémie, on ne devrait pas penser à disposer d’un équipement de protection individuelle adéquat, des congés de maladie payés et l’accès aux services de garde. Ces choses sont fondamentales à la force et à la résilience de notre économie et de notre société. »

« Il n’y aura pas de reprise économique après la COVID-19 si on ne soutient pas les travailleurs, tout particulièrement ceux à bas salaire, et les parents de jeunes enfants, surtout les femmes », ajoute le secrétaire-trésorier national du SCFP, Charles Fleury. « Ces investissements de l’État sont les bienvenus, mais ils effleurent à peine la surface de ce qui sera nécessaire à long terme. »

Pour maintenir les taux de transmission communautaire à un bas niveau pendant la réouverture de l’économie, le SCFP estime qu’il est essentiel que les travailleurs puissent prendre des congés de maladie sans avoir à s’inquiéter de payer leurs factures ou de faire l’épicerie. À l’heure actuelle, l’accès aux congés de maladie payés est inégalement réparti entre les travailleurs, les bas salaires et les travailleurs précaires étant moins susceptibles d’être couverts. Bien que le soutien fédéral pour les congés de maladie payés pendant la COVID-19 soit le bienvenu, il est clair que tous les travailleurs devraient avoir accès à des congés de maladie payés même une fois la pandémie terminée.

En outre, de nouvelles recherches révèlent que 80 pour cent des familles ayant des enfants de moins de onze ans sont « très » ou « extrêmement » préoccupées par leur capacité à équilibrer école, garderie et travail pendant la pandémie. Les travailleurs sans garderie ne peuvent pas travailler, ce qui freine notre reprise économique. La participation économique des femmes, en particulier, a chuté à des niveaux jamais observés depuis 30 ans. Les experts en garde d’enfants évaluent le besoin en services de garde à 2,5 milliards de dollars juste pour commencer, soit quatre fois ce que le fédéral promet pour l’instant.

Le SCFP espère qu’avec l’investissement du fédéral dans l’EPI, nous obtiendrons enfin l’équipement de protection respiratoire nécessaire pour approvisionner la santé et les autres domaines de travail essentiels, et rouvrir l’économie en toute sécurité. En plus, investir dans un bon stock national d’EPI enlèvera de la pression sur le système de santé.