Un professeur de musique qui travaille depuis 24 ans pour le conseil scolaire de la région de Toronto (TDSB) voit le scénario se répéter depuis que le conseil scolaire a proposé encore une fois d’éliminer les programmes d’enseignement de musique itinérants dans les écoles primaires, cette fois-ci en raison des réductions budgétaires imposées par le gouvernement Ford. 

À titre de délégué à la réunion spéciale du comité des finances, du budget et des inscriptions du TDSB qui aura lieu aujourd’hui, David Spek, professeur de musique itinérant, demandera au comité d’annuler sa recommandation d’éliminer les programmes de musique itinérants pour l’année scolaire 2019-2020.

Le seul moyen de transmettre les bienfaits énormes de l’enseignement de la musique dans les écoles du TDSB est de protéger ces programmes de musique, selon lui.

Les programmes qui risquent d’être annulés sont les cours de musique vocale, de flûte et de la méthode Orff. D’autres programmes, tels que musique d’orchestre, instruments à cordes et tambour métallique, subiront d’importantes réductions.

Ces programmes sont enseignés par des professeurs de musique itinérants, des musiciens qualifiés qui se déplacent d’une école à l’autre, offrant des cours de musique instrumentale spécialisés à des milliers d’enfants chaque semaine.

« Les élèves et les parents apprécient depuis longtemps ces programmes de musique pour les bienfaits et les effets positifs permanents qu’ils apportent à nos enfants », a déclaré David Spek, qui est aussi membre du SCFP 4400, qui représente environ 12 000 travailleuses et travailleurs de l’éducation, dont 104 employés de l’Institute for Management & Innovation.

Dans le budget proposé, le TDSB recommande une réduction de 24 % du financement des heures de travail des enseignants.

Des études ont démontré de façon concluante que les cours de musique améliorent les résultats des élèves dans plusieurs matières, selon David Spek, qui a ajouté que « l’élimination et la réduction des programmes itinérants dans les écoles primaires auront des répercussions importantes sur les programmes de musique au niveau secondaire. Les élèves qui arriveront à l’école secondaire n’auront pas été exposés à la musique lors des années précédentes. Ils seront donc moins susceptibles de choisir des cours de musique à l’école secondaire. »

En 2013, des réductions semblables ont été proposées pour les programmes de musique des écoles primaires, lorsqu’il y a eu un déficit de financement dans l’éducation. Mais les conseillers scolaires du TDSB ont annulé ces réductions budgétaires devant la forte contestation des parents, des élèves et d’autres partisans, dont une pétition de plus de 10 000 signatures.

Au nom des élèves, des parents et de ses collègues de l’Institute for Management & Innovation, David Spek invitera le conseil scolaire à accorder la priorité aux élèves et à s’engager à veiller à ce que les programmes de musique demeurent valorisés et accessibles dans les écoles du TDSB.

« Les cours de musique améliorent la participation et la réussite des élèves. Nous demandons au TDSB de protéger les bienfaits de ces programmes, même s’il faut pour cela s’opposer au gouvernement Ford et refuser d’appliquer ces réductions budgétaires », a dit David Spek.