Les membres de la section locale 338 du SCFP qui travaillent comme gardiens de prison au détachement de la GRC à Kelowna ont accordé à leur comité de négociation un mandat de grève unanime. Les négociations sont rompues entre les commissionnaires et la Ville de Kelowna.

Les 17 syndiqués qui fournissent des services correctionnels et qui supervisent les contrevenants s’étaient déjà prononcés en faveur de la grève en mai dernier, mais ils avaient décidé de ne pas mettre ce mandat en application, concentrant leurs efforts sur la médiation.

« Nous croyons être très près d’une entente, affirme le président du SCFP 338, Lee Mossman. Cela dit, nos membres touchent un salaire inférieur aux autres travailleurs occupant un poste comparable, ce qui entraîne des problèmes de rétention du personnel et de santé-sécurité au travail. Si nous pouvions régler cette question, nous serions en mesure de conclure les négociations. » Selon M. Mossman, les gardiens de prison des communautés avoisinantes de taille similaire gagnent cinq dollars de plus l’heure que ceux de Kelowna.

Une rencontre est prévue avec la commission des relations de travail pour discuter des services essentiels. Après ces pourparlers, le syndicat devra donner un préavis de 72 heures avant de pouvoir déclencher la grève.

La section locale 338 du SCFP représente 1 000 membres offrant d’importants services communautaires aux citoyens et aux entreprises de la région de Kelowna.