Kelti Cameron | Employée du SCFP

Manifestation en Birmanie contre le coup d’État militaire, le 14 février 2021. Photo : MgHla (aka) Htin Linn Aye/CC BY-SA 4.0

En février 2021, l’armée birmane a renversé violemment le gouvernement élu. De nombreuses personnes se sont retrouvées en danger immédiat, notamment des dirigeantes et des membres du Syndicat des femmes tavoyanes (SFT), un partenaire du SCFP.

Notre syndicat a perdu le contact avec le SFT pendant plusieurs mois après la prise du pouvoir par l’armée en Birmanie, un pays également connu sous le nom de Myanmar. Les lignes téléphoniques et Internet étaient coupés, et le pays avait sombré dans le chaos.

Immédiatement, des gestes de protestation ont été posés et des mouvements de résistance inspirants sont nés. Mais les manifestations pacifiques ont été suivies d’une violente répression.

Près d’un an après le coup d’État, le SCFP a finalement pu communiquer avec la secrétaire générale du SFT, NuNu Hlaing, qui s’est réfugiée temporairement à l’étranger pour sa sécurité. La situation dans son pays reste extrêmement dangereuse, l’armée ciblant tous les opposant(e)s.

« Les forces militaires veulent nous opprimer par des arrestations ou des assassinats. Elles tirent encore tous les jours dans la ville. Les gens de la ville ou même des villages ne peuvent pas dormir à cause du bruit des bombes et des coups de feu », a-t-elle partagé via Zoom.

Néanmoins, NuNu Hlaing espère toujours retourner un jour dans un pays démocratique et équitable.

Accroître le pouvoir des Birmanes

Avant le coup d’État de 2021, les femmes étaient sous-représentées à tous les niveaux de gouvernement en Birmanie. Elles étaient peu impliquées dans le processus de paix.

Le SFT se consacre à la promotion des droits des femmes dans la région de Tanintharyi, dans le sud de la Birmanie. Sa mission vise à construire une société pacifique, juste, égalitaire et libre.

NuNu Hlaing a rejoint le SFT en 2007 à l’âge de 15 ans. À l’époque, le syndicat était basé en Thaïlande, parce que le pays était aussi sous régime militaire.

« Je ne savais pas ce qu’étaient les droits de la personne, je ne connaissais aucun dossier relevant des droits ni même de politicien », a-t-elle expliqué, se décrivant comme une jeune fille simple et naïve qui avait abandonné l’école et quitté son pays.

Le programme d’autonomisation politique des femmes du SFT a changé la vie de NuNu Hlaing.

Elle est devenue une militante chevronnée auprès de travailleuses migrantes à la frontière thaïlandaise et de femmes victimes de violence fondée sur le genre. Elle a pris de nombreux risques au service des femmes en situation de précarité et de vulnérabilité.

Jusqu’au coup d’État, le SFT était basé dans la ville de Tavoy, qui est géographiquement isolée du reste de la Birmanie. Le faible développement économique a laissé cette région dans une grande pauvreté. Les filles tavoyanes sont particulièrement vulnérables à la traite des personnes et à la prostitution forcée.

Après que des élections réussies mirent fin à la dictature militaire en 2015, le SFT a quitté la Thaïlande pour revenir en Birmanie, espérant pouvoir travailler publiquement à l’autonomisation des femmes et élargir sa sphère d’activité à l’action politique. Malheureusement, les conditions étaient difficiles avant même la crise politique actuelle, en raison de la crise économique birmane et des effets de la COVID-19 qui sévissaient déjà avant le coup d’État.

Enseignant(e)s et membres du syndicat étudiant protestent contre le coup d’État militaire devant le bureau du gouvernement de l’État de Kayin, le 9 février 2021.Photo : Ninjastrikers/CC BY-SA 4.0

Le coup d’État déclenche une résistance de masse

Le 1er février 2021, l’armée a de nouveau pris le pouvoir en Birmanie, annulant l’élection de la Ligue nationale pour la démocratie (LND) trois mois plus tôt.

Le SCFP et d’autres alliés du SFT craignaient que les militaires ne ciblent immédiatement le syndicat en raison de l’intérêt de celui-ci pour la paix et la réconciliation, et sa promotion des droits politiques des communautés marginalisées. Or, au cours des premiers jours, l’armée s’est concentrée sur les responsables gouvernementaux et les membres de la LND. « Nous avons eu beaucoup de chance ce jour-là, avec tous les militaires autour, de ne pas encore être dans leur mire », a raconté NuNu Hlaing.

Elle et d’autres membres du SFT ont disposé de quelques jours pour protéger des informations vitales et préparer la fermeture de leur bureau. Mais lorsque les communautés de la région ont commencé à se mobiliser pour se joindre à la grève nationale du 6 février 2021, elles n’ont pas pu continuer leur travail au bureau ou dans la sphère publique.

La grève nationale a rapidement été surnommée « le mouvement de désobéissance civile », attirant l’attention du monde entier. Les gens ont protesté pacifiquement, sans violence. Il y a eu des grèves, des manifestations publiques, de la désobéissance civile, des boycottages, un mouvement de casseroles et une campagne du ruban rouge en solidarité avec la LND.

Manifestation contre le coup d’État militaire à Tavoy lors de la Journée internationale des femmes, 2021. Photo : SFT via Facebook

La répression violente se poursuit

Fait remarquable, au moment de la rédaction du présent article, le peuple birman maintenait sa résistance au coup d’État depuis 11 mois. Les militant(e)s et les organisations de la société civile ont trouvé des moyens ingénieux et courageux d’éviter une répression militaire violente et traumatisante.

Les gens ont résisté en formant des groupes de travail pour empêcher l’identification des organisations par leur nom of ciel. Des communautés et des villages ont fonctionné sous une direction collective pour éviter que des dirigeants soient ciblés. Les militant(e)s se sont déplacés fréquemment, dormant sous un nouveau toit tous les quelques jours.

L’armée a mis en place des postes de contrôle et de surveillance à l’intérieur et à l’extérieur des communautés. Elle a détenu des milliers de prisonnières et prisonniers politiques dans des conditions brutales et des lieux surpeuplés. Beaucoup sont des jeunes issus de communautés pauvres. La torture en prison est répandue. À ce jour, plus de 1480 personnes ont été tuées.

En tant que jeune femme qui a passé plus de la moitié de sa vie à essayer d’améliorer le sort de son peuple, en particulier des femmes, NuNu Hlaing s’est dite « très triste que la Birmanie soit un pays semé de conflits ».

Par contre, elle se dit aussi très fière de son peuple qui lutte pour ses droits politiques, même si la plupart des gens sont très pauvres.

Elle voit un signe d’espoir dans la vague de jeunes qui résistent résolument au coup d’État : « Je crois que les gens tiennent à leur liberté… un jour, immanquablement, nous l’obtiendrons. »

La décision de s’exiler temporairement n’a pas été facile. D’ailleurs, elle reconnaît qu’elle se sent parfois coupable. Mais, en vérité, « les militant(e)s luttent beaucoup pour leur survie. Moi, je vis beaucoup de stress… Non, pas du stress, c’est plus comme un traumatisme », a-t-elle avoué.

Le peuple birman continue de pratiquer la désobéissance civile de nombreuses manières créatives. Il a absolument besoin du soutien et de la solidarité de la communauté internationale, dont l’appui du SCFP.

NuNu Hlaing ne sait pas à quoi ressemblera l’avenir du SFT, mais elle est convaincue que les importants programmes de leadership et d’éducation de celui-ci doivent se poursuivre. Face à tant d’incertitude, elle est convaincue qu’à long terme, le SFT poursuivra son travail d’organisation auprès des femmes.

« Je crois que nous allons gagner », dit NuNu Hlaing.

Merci à Charlene Armstrong, membre du SCFP 2440, membre du Comité national de la justice mondiale du SCFP et travailleuse chez CUSO International, d’avoir organisé l’entrevue du SCFP avec NuNu Hlaing.


Le Syndicat des femmes tavoyanes

Le Syndicat des femmes tavoyanes (SFT) est le partenaire du SCFP en Birmanie. Il est basé dans la région de Tanitharyi, dans le sud du pays. Il concentre ses efforts sur l’élimination des barrières politiques, sociales et économiques des femmes dans une société patriarcale.

Le SFT a pour objectif de construire « une société de paix, de justice, de liberté et d’égalité en Birmanie ». Il aide les femmes à devenir des leaders politiques dans leur communauté et à tisser des liens avec des femmes de différentes régions.

Il s’efforce de promouvoir les droits des femmes dans la société afin d’accroître la participation des femmes formées pour lutter contre la violence et la discrimination fondées sur le genre et pour plaider pour l’égalité des hommes et des femmes.

Le SCFP soutient les initiatives d’organisation syndicale et d’éducation du SFT par le biais d’un partenariat du Fonds pour la justice mondiale avec le SCFP 2440, qui représente le personnel de CUSO International.