Qu’est-ce que la variole simienne ?

La variole simienne, parfois appelée variole du singe, est une maladie infectieuse virale causée par une famille de virus appelés orthopoxvirus. Cette famille comprend la variole et la vaccine (variole des vaches). Ces virus peuvent se transmettre des animaux aux humains et entre les humains. 

Les personnes infectées par la variole simienne développent fréquemment une éruption cutanée caractérisée par des lésions. Les lésions passent par plusieurs étapes avant de cicatriser. Au début, elles peuvent ressembler à des boutons ou des cloques. Elles se remplissent ensuite de liquide avant de sécher et de tomber. Le nombre de lésions varie de quelques-unes à plusieurs milliers.

Les lésions de la variole simienne peuvent être douloureuses ou provoquer des démangeaisons. Elles peuvent apparaître sur toutes les parties du corps.

L’éruption cutanée de la variole simienne commence généralement d’un à trois jours après l’apparition de la fièvre. 

Les autres symptômes qui peuvent précéder ou suivre l’éruption sont :

  • des maux de tête (parfois sévères)
  • des douleurs musculaires
  • de la fatigue et de l’épuisement
  • une enflure des ganglions lymphatiques

Les symptômes moins courants sont :

  • la toux
  • le mal de gorge
  • des vomissements
  • la diarrhée.

La variole simienne peut entraîner des complications secondaires comme une pneumonie, une septicémie, une encéphalite, une kératite ou une perte de vision.

N’importe qui peut être infecté par la variole simienne. Les personnes qui ont reçu le vaccin contre la variole sont moins susceptibles de développer des symptômes.

Progression de la varole simienne

Transmission

La variole simienne se transmet principalement par contact de personne à personne, y compris le contact peau à peau et le contact avec des fluides corporels. Elle peut également être transmise en touchant des surfaces contaminées, comme des vêtements, des serviettes ou de la literie.

La variole simienne peut également se transmettre par les sécrétions respiratoires. L’étendue de la transmission par grosses gouttelettes et par particules fines reste incertaine. Jusqu’à ce que de nouvelles données soient disponibles, le SCFP recommande de traiter la variole simienne comme si elle pouvait se propager à la fois par des grosses gouttelettes et par des particules fines. De grosses gouttelettes sont expulsées lorsqu’une personne infectée tousse, éternue ou parle à proximité d’une autre personne. Les particules fines sont créées par des procédures médicales comme les intubations, l’aspiration ouverte ou les bronchoscopies. Elles peuvent aussi être générées par l’évaporation de grosses gouttelettes. Les particules fines peuvent rester en suspension dans l’air pendant un certain temps.

Période de contagion

Les symptômes de la variole simienne commencent généralement dans les trois semaines suivant l’exposition, mais ils peuvent apparaître aussitôt que cinq jours après l’exposition.

Le virus peut se propager jusqu’à cinq jours avant l’apparition des symptômes et jusqu’à ce que l’éruption cutanée soit complètement guérie.

La variole simienne dure généralement de deux à quatre semaines.

Prévention

L’employeur doit mettre en œuvre un plan de contrôle de l’exposition incluant la mise à jour des évaluations des risques. Les membres du SCFP doivent être impliqués dans l’exercice, notamment par l’intermédiaire du Comité mixte de santé et de sécurité au travail.

L’objectif d’un plan de contrôle de l’exposition doit être d’éliminer autant que possible l’exposition au virus infectieux.

Les méthodes de contrôle contre l’infection à la variole simienne devraient être les mêmes que pour les autres risques professionnels et devraient suivre la hiérarchie des contrôles :

  • contrôles techniques
  • contrôles administratifs
  • équipement de protection individuelle (ÉPI)

Plan de contrôle de l’exposition à la variole simienne : éléments à considérer

Contrôles techniques (modifications des équipements physiques et des processus)

  • dépistage et prise en charge appropriés des cas suspects
  • utilisation de chambres d’isolement et à pression négative
  • ventilation adéquate avec des unités de filtration de niveau approprié
  • port du masque pour contrôler la source
  • adoption de mesures de précautions contre la transmission de gouttelettes
  • adoption de mesures de précautions contre la transmission par contact, en particulier pour la manipulation de la literie, des serviettes, des vêtements, etc.
  • distanciation physique lorsque cela est possible

Contrôles administratifs (modifications des pratiques de travail)

  • lavage des mains adéquat et fréquent
  • stockage et gestion de la distribution des équipements de protection individuelle (ÉPI)
  • dotation en personnel permettant de faire face à un nombre élevé de congés de maladie
  • sensibilisation de la main-d’œuvre et du public
  • procédures de nettoyage et de blanchissage pour réduire la propagation (y compris le nettoyage des zones à circulation/contact élevé, l’utilisation de détergent à lessive de qualité hospitalière, le maintien de la température de l’eau à au moins 70 degrés Celsius et l’utilisation de désinfectants pour l’équipement)
  • évaluation des personnes infectées ou exposées par un professionnel de la santé  et suivi des symptômes pendant 21 jours
  • en cas d’infection, auto-isolement jusqu’à un mois ou tel que déterminé par les autorités sanitaires régionales
  • en cas d’infection, couvrir les lésions avec des pansements s’il y a risque de contact avec d’autres personnes

Équipement de protection individuelle (ÉPI)

  • ÉPI approprié à la disposition du personnel: respirateurs N95 bien ajustés ou autres d’autres respirateurs homologués NIOSH
  • gants, écrans faciaux et jaquettes
  • tests d’ajustement annuels (ou plus fréquents si nécessaire) pour prévenir la transmission par gouttelettes
  • formation et examen du personnel sur la façon de mettre et d’enlever l’ÉPI en toute sécurité.

Vaccin contre la variole simienne

Le vaccin Imvamune® est autorisé par Santé Canada pour l’immunisation contre les infections à la variole simienne et aux orthopoxvirus des adultes de 18 ans à risque élevé d’exposition.

Le Comité consultatif national de l’immunisation (CCNI) recommande que ce vaccin soit offert aux personnes exposées à un risque élevé de cas probable ou confirmé de variole simienne, ou en présence de transmission.

Il a été démontré que le vaccin réduit considérablement la maladie symptomatique s’il est administré dans les quatre jours suivant l’exposition à une personne infectée par le virus. Il peut être administré jusqu’à 14 jours après l’exposition pour atténuer les symptômes.

Au moment de la préparation de cette fiche d’information, la plupart des provinces connaissant des éclosions de variole simienne avaient lancé une campagne de vaccination ciblée. Pour savoir si vous pouvez recevoir ce vaccin, communiquez avec votre santé publique locale en appelant le 811 ou en visitant la page d’information sur la variole simienne de votre autorité sanitaire provinciale. Nous vous conseillons de faire une recherche internet avec les mots-clés « vaccin contre la variole simienne » et le nom de votre province.

Informations supplémentaires sur la variole simienne

Page d’accueil de l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) sur l’éclosion de variole simienne :
https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/maladies/variole-singe.html

Conseils de l’ASPC à l’intention des voyageurs :
https://voyage.gc.ca/voyager/sante-securite/conseils-sante-voyageurs/515

Page d’information du CDC sur la variole simienne (en anglais seulement) :
https://www.cdc.gov/poxvirus/monkeypox/index.html