A school bus traveling down a highway. Photographed with a tilt-shift lens.Comme les écoles de la Saskatchewan sont fermées en raison de la pandémie de COVID-19, les travailleurs en soutien scolaire membres du SCFP trouvent des façons créatives de répondre aux besoins des élèves et de la société.

Dans la division scolaire Chinook, les chauffeurs d’autobus qui sont membres de la section locale 4754 du SCFP sont redéployés à une nouvelle fin.

Omar Murray, président du SCFP 4754 et membre du comité directeur des travailleurs de l’éducation, est chauffeur d’autobus dans la région de Maple Creek depuis plus de 30 ans. Et il n’a jamais vécu quoi que ce soit qui se rapproche de la COVID-19.

Il fait encore sa tournée habituelle, ainsi qu’une de plus en ville. Mais, au lieu de ramasser des élèves, ses collègues et lui livrent des colis spéciaux, aux deux semaines, pour permettre aux étudiants de poursuivre leur enrichissement pendant la pandémie.

« La division scolaire Chinook compte parmi les nombreuses divisions à avoir redéployé des chauffeurs d’autobus pour servir d’intermédiaire entre les écoles et les élèves qui sont en quarantaine à la maison, explique Omar Murray. C’est une excellente idée et un bon moyen de composer avec le monde étrange dans lequel nous vivons. »

Les aides-éducateurs et d’autres membres du personnel de soutien de la division scolaire préparent chaque colis avec du matériel personnalisé.

« Nous donnons aux enfants une gamme de matériel pour les garder intéressés et divertis, ajoute M. Murray. Cela donne aux parents une petite pause et plus d’outils pour travailler. Même les élèves du secondaire reçoivent des colis. »

Cet effort pour garder le contact avec les élèves est particulièrement important dans les régions rurales de la Saskatchewan, où la bande passante Internet est parfois problématique. « Internet était un luxe; c’est devenu une nécessité. Nos livraisons offrent une autre façon de se connecter. »

Chaque jour normal d’école, Omar Murray parcourrait en moyenne 235 kilomètres dans son autobus. Il a dû s’adapter à la vie sans voir ses élèves quotidiennement.

« Dans mon métier, on côtoie les enfants tous les jours, de la maternelle à la 12e année. C’est fascinant de regarder ces jeunes devenir des adultes. J’ai même conduit des élèves qui sont les enfants de mes anciens élèves. Nous développons une relation avec les enfants; nous les voyons grandir. Il est très gratifiant de les aider en cette période inédite. »

Le SCFP représente plus de 7000 travailleurs en soutien scolaire en Saskatchewan.