Après des semaines de pressions exercées par le SCFP et d’autres syndicats du secteur de la santé, le gouvernement de la Saskatchewan a finalement annoncé une politique d’utilisation de masques en permanence pour les fournisseurs de soins de santé ainsi qu’une transition vers des emplois dans un seul établissement pour les employés des soins actifs et de longue durée. Cette initiative permet d’établir des mesures de protection pour les personnes les plus à risques: les pensionnaires des foyers de soins de longue durée.

« Les foyers de soins de longue durée sont les principaux centres d’éclosion de la COVID-19 dans les autres provinces, où se produisent la majorité des décès attribuables au virus », a déclaré Sandra Seitz, présidente de la section locale 5430 du SCFP. « Mettre fin au travail dans de multiples établissements permettra de mettre fin à la propagation de la COVID-19 en limitant les déplacements entre les foyers de soins pour personnes âgées. »

La COVID-19 a mis l’accent sur certains des problèmes les plus graves dans le secteur de la santé : le manque de financement et le manque de personnel.

« Les effectifs dans les foyers de soins de longue durée sont inadéquats depuis des années. La COVID-19 a aggravé ce problème, et nos membres travaillent en effectif réduit la plupart du temps », a ajouté Sandra Seitz. « Les protocoles de distanciation physique, notamment dans la salle à manger des pensionnaires, ainsi que les exigences accrues de nettoyage nécessitent plus d’employés, non de moins. »

« La politique du port de masque en permanence est un début, mais le gouvernement doit prendre des mesures pour veiller à ce qu’elle soit appliquée dans tout le secteur de la santé et dans tous les services communautaires », a déclaré Sandra Seitz. 

Le SCFP 5430 a signé une lettre d’entente pour protéger ses membres pendant le redéploiement. La lettre d’entente énonce les mesures de protection suivantes pour les employés et les pensionnaires :

  • Empêcher les employés de travailler dans plusieurs établissements tout en maintenant leurs heures de travail.
  • Créer un bassin de main-d’œuvre aux fins du redéploiement afin de répondre aux besoins en soins de santé liés à la COVID-19 selon des paramètres clairement établis visant à protéger le public et les travailleurs.
  • Pendant la durée de l’entente, il n’y aura aucune nouvelle mise à pied.
  • Les employés redéployés seront protégés contre les dépenses connexes, y compris l’hébergement si nécessaire.

Tous les employés redéployés suivront une séance d’orientation et de formation propre à la situation de l’établissement qui portera notamment sur les équipements de protection individuelle (ÉPI) ainsi que sur les clauses sur les ÉPI avant de commencer à travailler.

« Nous avons constaté une augmentation importante des emplois précaires dans notre système de santé. Beaucoup de nos membres sont forcés d’avoir plusieurs emplois, dans divers territoires, pour avoir un revenu équivalant à un emploi à temps plein » a dit Sandra Seitz. Cette lettre d’entente offrira à nos membres une certaine protection dans le contexte en évolution de la COVID-19.