Le SCFP salue les Municipalités qui font en sorte de redéployer leurs effectifs de manière à minimiser les impacts sur leur main-d’œuvre tout en multipliant les initiatives afin de venir en aide à la population de leur territoire. On dit que les Municipalités sont des gouvernements de proximité et c’est dans les situations de crise que ça doit être le cas plus que jamais.

Plusieurs Villes, dont Montréal, Trois-Rivières et plusieurs autres Municipalités, redéploient une partie de leur personnel pour mieux soutenir les citoyens et citoyennes et les organismes communautaires alors que les mesures de confinement sont en force. 

Cependant, des Municipalités ont décidé de procéder à des mises à pied massives sans autre formalité alors qu’elles sont aux premières lignes pour assurer les services de proximité à la population.

Habituellement, lorsque vient le temps d’établir les services essentiels à assurer lors de périodes de possibles conflits de travail, ces mêmes Municipalités exigent que la quasi-totalité du personnel soit maintenue, à défaut de quoi la santé et la sécurité des personnes seraient nécessairement mises en péril.

Malheureusement, certaines Villes profitent de la situation, et ce, de manière indécente. Les pertes d’emplois sont nombreuses et les familles québécoises en subissent grandement les conséquences. Les Municipalités devraient donner l’exemple et tout tenter pour minimiser les impacts humains de la crise.

La Ville de Québec a mis à pied ses employés auxiliaires et certaines autres procèdent à des mises à pied massives alors que les taxes municipales des contribuables ne diminueront pas pour autant. Le SCFP dénonce cette décision qui laisse tomber une main-d’œuvre plus précaire, laquelle doit elle aussi tenter de passer à travers cette période difficile.

« Nous faisons appel à l’Union des municipalités du Québec. Elle doit rappeler à l’ordre certains de ses membres. Nos syndicats du secteur municipal de partout au Québec se sont entendus et ont négocié des assouplissements aux conventions collectives pour tenir compte d’une situation sans précédent », a déclaré Marc Ranger, directeur du SCFP au Québec.

« Nous voulons aider la population, être utiles et c’est tellement important alors que la pandémie frappe de plus en plus de personnes partout au Québec », d’affirmer Benoit Bouchard, président du SCFP-Québec.

Le SCFP a bon espoir que les municipalités récalcitrantes reverront leur position et qu’elles ne pousseront pas de nombreux employés vers la précarité.