Les participants du secteur des bibliothèques ont cerné les enjeux actuels et en émergence : la déqualification, le travail précaire, la participation des membres, le travail effectué seul et le rôle changeant des bibliothèques.

Selon les participants, le renforcement et l’amélioration des conventions collectives est une stratégie importante pour relever ces défis. Les dispositions de convention collective concernant les bénévoles, la sécurité d’emploi, la création et la protection des emplois à temps plein, le nombre maximum d’employés à temps partiel, les heures de travail, la santé et la sécurité, ainsi que la prévention de la déprofessionnalisation et de la déqualification sont des exemples de dispositions de convention collective que les sections locales devraient s’efforcer d’obtenir ou de renforcer.

Les participants ont discuté des façons de lutter afin de préserver les services publics, notamment les campagnes. À Terre-Neuve-et-Labrador, le gouvernement veut réduire les budgets de 30 pour cent, ce qui entraînerait la fermeture de 54 bibliothèques sur 90. Les campagnes, les manifestations et les journées d’action ont permis de sensibiliser et d’informer la population, en plus de favoriser la participation des membres des sections locales du SCFP.

Le rapport sur la santé et la sécurité dans les bibliothèques de la Colombie-Britannique syndiquées par le SCFP a été présenté. Le SCFP a effectué un sondage auprès des membres de toutes les sections locales du secteur et réalisé des entrevues individuelles pour identifier les types de travail dangereux effectués dans les bibliothèques. Les niveaux de dotation en personnel, le travail effectué seul, les personnes marginalisées et les problèmes de santé mentale sont quelques-uns des problèmes qui ont été discutés par les participants. Partout au Canada, les membres du secteur vivent des situations similaires dans leur milieu de travail. La possibilité d’effectuer des tels sondages dans d’autres régions du pays a suscité un vif intérêt.

Les participants ont partagé leurs expériences en matière de convention collective et discuté de ce qui fonctionne et de ce qui ne fonctionne pas pour régler les problèmes auxquels ils sont confrontés.

Ils ont aussi discuté du rôle des comités provinciaux des bibliothèques au sein du SCFP et de la façon d’élaborer des stratégies communes, non seulement pour aider une section locale, mais pour toutes les sections locales.

Le rôle des bibliothèques au sein de la communauté a également fait l’objet d’une discussion. Les bibliothèques, qui sont des carrefours communautaires, doivent répondre aux besoins des jeunes après l’école et, en quelque sorte, compenser pour les parents absents qui n’assument pas cette responsabilité. Un travailleur social d’une grande bibliothèque urbaine a partagé ses idées sur la façon d’établir un lien avec les clients des bibliothèques dont les besoins vont au-delà de ce qui peut être considéré comme étant des services de bibliothèque traditionnels. La question de la santé et de la sécurité continue d’être une priorité pour les travailleurs du secteur et pour la population. Les bibliothèques doivent être sécuritaires et accueillantes pour tous.

Des idées ont été partagées sur la façon de célébrer le Mois des bibliothèques publiques au Canada. Les participants ontariens ont décrit le succès obtenu avec une campagne visant à célébrer la Semaine des bibliothèques publiques de l’Ontario. Lors de cette Semaine, des cartes postales et des bonbons ont été distribués à la population à l’heure du lunch.

Les participants ont discuté de la structure des sections locales. Les membres de sections locales autonomes, de sections locales mixtes, de structures provinciales et municipales, ainsi que de sections locales des secteurs des conseils scolaires et de l’enseignement postsecondaire, ont partagé de l’information sur le fonctionnement de leur structure syndicale.

Au total, les participants envisagent l’avenir avec optimisme : les travailleurs de bibliothèque membres du SCFP peuvent améliorer leurs conditions de travail, leur sécurité d’emploi, ainsi que la santé et la sécurité du travail. Ils sont aussi en mesure de se mériter le soutien de la population.