Les chargés de cours de l’Université de Toronto ont donné à leur équipe de négociation un mandat massif à 91 % pour la grève, pour l’unité 3 de la section locale 3902 du SCFP, qui comprend les chargés de cours à temps partiel non étudiants, les chargés de cours de rédaction et les professionnels de la musique.

Le vote fait suite à une loi de retour au travail qui a mis fin à la grève de cinq semaines des chargés de cours des collèges de l’Ontario. Le principal problème des chargés de cours est la dépendance des établissements postsecondaires au travail précaire, une situation qui est injuste pour les étudiants et les enseignants. À l’Université de Toronto, les chargés de cours à temps partiel fournissent plus de 20 % de l’enseignement à tous les étudiants de premier cycle, avec un salaire inférieur, et peu ou pas de sécurité d’emploi.

« Pour les chargés de cours à temps partiel de l’Université de Toronto, il n’y a pas clairement de moyen d’accéder à un emploi permanent », a déclaré Pamela Arancibia, présidente de la section locale 3902 du SCFP.

« Beaucoup de nos membres travaillent à l’Université de Toronto depuis des décennies. Le salaire minimal par cours pour les chargés de cours à temps partiel est de moins de 15 000 $, alors que les membres des facultés gagnent au moins 23 000 $ pour enseigner les mêmes cours. »

« C’est moins que les deux tiers du salaire pour le même travail, a dit Pamela Arancibia. De plus, presque la moitié des chargés de cours sont des femmes, alors que les facultés sont composées à 60 % d’hommes. »

En faisant référence au projet de loi 148, la Loi pour l’équité en milieu de travail et de meilleurs emplois, adoptée en troisième lecture à Queen’s Park aujourd’hui, elle a poursuivi : « Le gouvernement de Kathleen Wynne reconnaît qu’un salaire égal pour un travail égal est un enjeu crucial pour les travailleuses et travailleurs de l’Ontario. Ce devrait aussi être le cas pour l’Université de Toronto. »

Même si les frais de scolarité du premier cycle continuent d’augmenter, et que l’Université de Toronto attire un nombre toujours croissant d’étudiants étrangers, elle refuse de s’engager à offrir une sécurité d’emploi à long terme aux personnes qui fournissent un grand nombre de ses cours de premier cycle.

Jess Taylor, porte-parole de l’équipe de négociation de l’unité 3, a déclaré : « Depuis quatre mois à la table de négociation, nous avons fait des gains concernant les augmentations de salaire, mais l’Université estime que notre mandat exigeant l’accès à un emploi permanent est inacceptable, et que la lutte contre la précarité de notre travail est fondamentalement incompatible avec les pratiques d’embauche actuelles. »

« Nos membres ont transmis à l’Université le message le plus fort possible, a ajouté Jess Taylor, et nous espérons sincèrement que ses négociateurs l’ont compris. »

Les deux parties doivent reprendre les négociations le 24 novembre.

La section locale 3902 du SCFP, fondée en 1973, représente plus de 9 500 chargés de cours de l’Université de Toronto.