CUPE 3906 members

Environ 2 800 assistant(e)s de recherche et d’enseignement de l’Université McMaster négocient pour obtenir de meilleurs salaires et la sécurité d’emploi avant la date de grève du 21 novembre, selon le SCFP 3906.

« Nous sommes toujours en plein milieu d’une vague d’inflation historique et nos salaires n’ont tout simplement pas suivi l’augmentation du coût de la vie », explique Chris Fairweather, président du SCFP 3906. « On nous a imposé une loi de restriction salariale qui a maintenu nos salaires en dessous du taux d’inflation. Et ce que propose l’université à ce jour ne nous permettra pas de suivre le mouvement, encore moins de gagner du terrain. »

Le syndicat réclame une augmentation des salaires en ligne avec l’inflation ; un financement et du travail garanti pendant cinq ans (au lieu de quatre) pour les assistant(e)s d’enseignement inscrits au doctorat, ce qui, selon eux, est nécessaire en raison de la durée prévue pour l’obtention du diplôme ; une protection contre la perte de salaire due à des augmentations de frais de scolarité sous forme de remboursements ; et une réduction de l’écart de rémunération entre les assistant(e)s diplômé(e)s et ceux du premier cycle.

« Nous sommes en médiation aujourd’hui et nous continuerons à faire valoir que nous avons besoin que l’université accepte les propositions, à la fois pour nous-mêmes et pour la communauté universitaire qui compte sur nos services », ajoute Shalen Prado, vice-présidente du SCFP 3906. « Nous voulons continuer à fournir nos services, mais nous sommes prêts à débrayer lundi pour obtenir de bons emplois. »