Les sociétés d’aide à l’enfance doivent reconnaître le racisme envers les Noirs dans le secteur et prendre des mesures pour le contrer, estime le SCFP-Ontario.

« Plus que jamais, nous devons utiliser notre voix collective pour apporter un réel changement dans les sociétés d’aide à l’enfance de la province », déclare Carrie Lynn Poole-Cotnam, présidente du comité des services sociaux au SCFP-Ontario. « Tant que les employeurs et les élites puissantes essaient de diviser les travailleurs en opprimant les communautés noires, le SCFP-Ontario devra redoubler d’ardeur dans la lutte contre le racisme envers les Noirs en éliminant les systèmes qui perpétuent les inégalités. »

La déclaration publiée par le SCFP-Ontario au nom de ses membres œuvrant dans les sociétés d’aide à l’enfance énumère quatre grands éléments de la lutte contre le racisme envers les Noirs dans le secteur, une représentation équitable des travailleurs noirs, une formation obligatoire pour les travailleurs sur le racisme envers les Noirs, le développement de protocoles d’intervention qui n’ont pas d’impact disproportionné sur les familles noires et des conversations menées par la communauté sur les conséquences du racisme envers les Noirs en milieu de travail et dans la société.

« En tant que syndicat représentant les travailleurs des sociétés d’aide à l’enfance, nous sommes responsables envers les travailleurs et les collectivités qu’ils soutiennent », poursuit Mme Poole-Cotnam. « Nous prenons des mesures rapides pour résoudre les problèmes de racisme envers les Noirs dans les sociétés d’aide à l’enfance, y compris un examen attentif de la façon dont le racisme systémique est imbriqué dans ce travail et de l’impact de ce racisme sur les Noirs. C’est plus qu’une proclamation, c’est un engagement de faire mieux et d’agir, pris à l’échelle du syndicat. »

En 2017, la Commission ontarienne des droits de la personne a publié une fiche d’information qui décrit les types de discrimination raciale observés dans la protection de l’enfance. Cette fiche note une surreprésentation des enfants noirs, autochtones et racisés dans le système de protection de l’enfance, ainsi que des préoccupations concernant les biais dans l’évaluation des risques et la prise de décision.

« Notre silence nous rend complices », explique Aubrey Gonsalves, président du SCFP 2316. « Il est temps pour nous d’aller à contre-courant de siècles de mauvais traitements infligés aux Noirs. En tant que militants syndicaux, travailleurs sociaux et membres de la communauté, nous avons la responsabilité d’agir immédiatement pour créer un avenir meilleur. »

Lisez la déclaration complète du SCFP-Ontario sur la lutte contre le racisme envers les Noirs dans les sociétés d’aide à l’enfance au scfp.on.ca.

Le SCFP-Ontario représente plus de 3 800 travailleurs des sociétés d’aide à l’enfance de la province qui veillent à la sécurité et au soutien des enfants et des familles.