L'Ancienne-Lorette et les municipalités environnantes. Photo Wikimedia Commons Les employés de la Ville de L’Ancienne-Lorette, près de Québec, ont entériné leur nouvelle convention collective. En assemblée générale syndicale vendredi soir dernier, ils ont voté à 58 % en faveur de l’entente de principe intervenue entre la Ville et leur syndicat, le SCFP 4790.

Ce groupe comprend les cols bleus, le personnel des installations sportives et aquatiques ainsi que les brigadiers et brigadières. Leur nouveau contrat de travail couvre la période du 1er janvier 2021 au 31 décembre 2025, pour une durée de cinq ans. Les augmentations salariales totales seront de 11,5 pour cent. Pour chacune des deux dernières années, les augmentations pourraient être majorées jusqu’à 2,5 pour cent suivant l’Indice des prix à la consommation (IPC).

Parmi les autres aspects de l’entente, on remarque la création de quatre nouveaux postes réguliers, des ajustements de classes salariales pour certains titres d’emplois, la hausse de primes diverses, un renforcement de la sécurité d’emploi, une amélioration des clauses sur les vêtements de travail, de même que l’ajout du concept de retraite progressive. De plus, les parties ont convenu d’une analyse de l’entretien des bâtiments en vue d’une récupération de tâches effectuées en sous-traitance.

« Nos membres ont été solidaires et déterminés tout au long de cette négociation. Leur message a passé comme quoi il est nécessaire de valoriser les employés municipaux pour stabiliser la main-d’œuvre et les services à la population. Le pourcentage d’acceptation s’explique parce que malheureusement, nous n’avons pas pu obtenir la période du midi rémunérée », a déclaré Mario Jean, conseiller syndical au SCFP.