Hier, le gouvernement britanno-colombien a annoncé une rémunération temporaire pour les travailleurs de la santé et des services sociaux. Selon le président du SCFP-C.-B., Paul Faoro, cette mesure souligne fortement l’importance qu’accorde ce gouvernement néo-démocrate au rôle essentiel de ces travailleurs dans la prestation de soins de première ligne aux Brittano-Colombiens les plus vulnérables au coronavirus.

Le nouveau fonds de lutte contre la pandémie annoncé par la ministre des Finances Carole James donnera un coup de pouce financier à plus de 250 000 travailleurs de première ligne admissibles. Il s’agit d’un programme à frais partagés avec le gouvernement fédéral. La rémunération provisoire aidera les personnes qui travaillent en première ligne dans le système de santé, les services sociaux et les services correctionnels de la Colombie-Britannique. Elle inclut des travailleurs fournissant une gamme de services de santé et sociaux aux personnes les plus vulnérables à la COVID-19.

En Colombie-Britannique, le SCFP représente plus de 4 400 ambulanciers paramédicaux et répartiteurs d’urgence, 2 300 travailleurs des services sociaux communautaires et 1 410 travailleurs en santé communautaire.

« Nos travailleurs de première ligne ne ménagent pas leurs efforts pour nous garder tous en bonne santé et en sécurité pendant cette période difficile, a déclaré M. Faoro. Je suis très heureux que le gouvernement Horgan le reconnaisse. Nos membres dans ces secteurs font preuve d’un dévouement et d’un engagement extraordinaires envers les personnes et les communautés qu’ils servent. »

« La rémunération temporaire reconnaît cet engagement, mais c’est aussi une reconnaissance spéciale des services dédiés que ces travailleurs fournissent à certains des membres les plus vulnérables de la société. Elle reconnaît le fait que ces travailleurs maintiennent nos collectivités saines et fortes. »

La rémunération temporaire en cas de pandémie s’inscrit dans un plan d’action de cinq milliards de dollars que le gouvernement néo-démocrate provincial met en place pour soulager les personnes, les collectivités et les entreprises de la Colombie-Britannique. Pour les travailleurs admissibles, elle équivaut à un paiement forfaitaire d’environ quatre dollars l’heure pour une période de seize semaines à compter du 15 mars. Les travailleurs admissibles recevront ce paiement par l’intermédiaire de leur employeur; ils n’auront pas à en faire la demande.