Alors qu’une vague de froid s’abat sur notre province, les résidents viennent tout juste d’apprendre que le gouvernement du Nouveau-Brunswick venait de supprimer le programme d’aide pour l’énergie domestique.

« Bien qu’elle soit loin d’être suffisante, le programme pour les familles à faible revenu était à peu près la seule aide que le gouvernement provincial offrait aux gens pendant l’hiver », a déclaré Steve Drost, président du SCFP-Nouveau-Brunswick.

À une époque où le coût de la vie augmente, le gouvernement devrait en faire plus pour aider les travailleurs pauvres, pas moins.  « Que plus de 33 000 Néo-Brunswickois comptaient sur cette maigre aide de 100 $, ça, c’est effrayant. Les coûts de l’électricité et du chauffage n’ont fait qu’augmenter depuis la mise en œuvre du programme en 2016 », a ajouté Steve Drost.

Depuis le début de la pandémie, les aides au logement ont été négligées par le gouvernement Higgs. Par exemple, de plus en plus de résidents dénoncent une augmentation de 30 à 60 % de leurs loyers. « Nous savons que ces histoires ne sont pas isolées. Cela fait des années que les augmentations de loyer sont scandaleuses et inabordables, et pourtant le gouvernement a ignoré les appels au contrôle des loyers - la seule chose qui puisse contrôler les loyers », a déclaré M. Drost.

« Comment se fait-il que ce Cabinet n’ait aucun remords à couper les programmes aux gens ordinaires, mais fait des pieds et des mains pour donner plus de cent millions de dollars en subventions d’énergie aux usines de pâtes et papiers », a demandé M. Drost.

Le SCFP-N.-B. demande au gouvernement provincial du Nouveau-Brunswick d’adopter de véritables lois sur la protection du logement pour aider les travailleurs. « Si le Nouveau-Brunswick avait de vraies protections pour les locataires et reconnaissait le logement comme un droit fondamental, les résidents ne seraient pas pris à dépendre du programme de remise sur l’énergie », a déclaré M. Drost.