Archana Rampure | Services nationaux du SCFP

polling station

Le SCFP n’est pas le seul à appuyer la réforme électorale et la représentation proportionnelle. Nous nous sommes joints à des douzaines de groupes de la société civile qui sont membres de l’Alliance pour que chaque électeur et électrice compte, créée en février 2016 pour faire campagne en faveur de la représentation proportionnelle. Plus de 80 pays, dont 85 pour cent des pays de l’OCDE, comme l’Allemagne, la Nouvelle-Zélande, la Suède et le Danemark, sont dotés d’un système de scrutin proportionnel.

L’Alliance regroupe des organisations et des indivi­dus qui préconisent un système électoral juste dans lequel chaque vote compte, peu importe l’intérêt des différents partis. Les organi­sations membres sont, entre autres, ACORN-Canada, l’Institut Broadbent, la Fédération canadienne des étudiantes et étudiants, le Congrès du travail du Canada, Démocratie en surveillance, Équiterre, Représentation équitable au Canada, Groupe Femmes Politique et Démocratie, Mouvement Démocratie Nouvelle, Idle No More, Institut du Nouveau Monde, Leadnow, Ontario Council of Agencies Serving Immigrants, Unlock Democracy et YWCA Canada.

Comme plusieurs grands syndicats du Canada, des personnes d’horizons très différents ont déjà accordé leur soutien à l’Alliance : la présidente de la Fédération des femmes du Québec, Mélanie Sarazin, l’ancien chef de cabinet de Stephen Harper, Guy Giorno, l’ancien greffier du Conseil privé, Alex Himelfarb et l’ex-ombudsman des anciens combattants, le colonel à la retraite Pat Stogran.

Le SCFP collaborera avec l’Alliance pour fournir des données factuelles qui permettront aux gens de faire des choix éclairés sur cet enjeu. Nous offrons également une plateforme électronique aux Canadiens qui veulent s’exprimer et faire savoir à leurs élus qu’ils veulent des élections justes et démocratiques. Les faits montrent que seule la représentation proportionnelle permettra aux Canadiens de choisir leurs élus locaux tout en s’assurant que leurs points de vue politiques soient représentés au Parlement. La représentation proportionnelle assure en effet que les votes soient égaux et comptent vraiment.

Même si les libéraux savent que l’actuel système majoritaire uninominal à un tour est inefficace, certains ont laissé entendre qu’il pouvait être rafistolé par l’adoption d’un scrutin préférentiel – un système qui permet de classer les candidats par ordre de préférence dans les circons­criptions individuelles. Mais pour le président national du SCFP, cette solution ne ferait qu’aggra­ver la situation. « Ajouter le scrutin préférentiel à notre système fédéral actuel exacerberait le problème en produisant de fausses majorités encore plus importantes et en rendant la Chambre des communes encore moins représentative de la volonté populaire. Nous n’avons pas le luxe de nous tromper. C’est pour cela que le SCFP participe au processus de consultation », a affirmé Mark Hancock.