Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

QUALICUM BEACH – Le maire et le conseil de Qualicum Beach, une communauté côtière de l’Île de Vancouver, ont célébré la Fête de la Colombie-Britannique en mettant leurs 75 employés municipaux en lock-out. Plus de 100 bruyants membres de la section locale 401 du SCFP, ainsi que des supporteurs, étaient présents devant l’hôtel de ville quand le lock-out a été officiellement déclenché à 15 h, vendredi dernier. 

Le principal point de litige concerne la rémunération des employés. La Ville refuse d’accorder à ses employés la même hausse annuelle de 2 pour cent qu’ont obtenue les salariés de toutes les municipalités voisines. Les employés de Qualicum Beach (20 d’entre eux sont des travailleurs saisonniers) sont sans contrat de travail depuis 2013. La semaine dernière, la section locale 401 avait décrété un refus d’effectuer du temps supplémentaire afin de faire pression sur la Ville pour en venir à une entente. Ce moyen de pression permettait aux travailleurs de continuer à servir la population. 

La présidente intérimaire de la section locale 401, Laurence Amy, a déclaré à la foule que malgré l’absence de volonté du conseil municipal d’en arriver à une entente juste et équitable, le syndicat demeure ouvert à retourner à la table de négociation. «Notre priorité consiste à conclure une entente équitable et à minimiser les inconvénients pour les citoyens de Qualicum Beach », a-t-elle fait valoir. La présidente a aussi souligné que par le passé, les relations de travail étaient beaucoup plus harmonieuses et respectueuses entre la Ville et le syndicat. Les griefs étaient alors inexistants et les négociations se faisaient dans un bel esprit de collaboration. Avant cette année, il n’y a jamais eu de grève ou de lock-out à Qualicum Beach. 

Qualifiant ce lock-out de totalement injustifié, le secrétaire-trésorier du SCFP en Colombie-Britannique, Paul Faoro, a rappelé que le Conseil de Qualicum Beach ne venait pas seulement d’entrer en conflit avec les travailleurs locaux « mais aussi contre les 85 000 membres que le SCFP représente en Colombie-Britannique ». Il a aussi déploré l’impact que ce conflit de travail aura sur les travailleurs saisonniers, la plupart d’entre eux étant des étudiants. 

Faoro a lu un mot d’encouragement du président national Paul Moist, qui a souligné que « Ce conflit de travail ne survient pas parce que la Ville n’a pas les moyens d’offrir ces hausses salariales, mais plutôt parce que nous sommes en présence d’un employeur qui privilégie l’affrontement pour essayer d’imposer sa volonté ».  

Les membres de la section locale 401 entament donc des activités de piquetage sur plusieurs sites de Qualicum Beach, dont l’hôtel de ville, l’aéroport, les parcs, le centre civique, le centre communautaire ainsi que les lieux de travail. La Ville a fermé ses toilettes publiques et les collectes d’ordures ne seront pas faites.

Visitez le site du SCFP de la Colombie-Britannique pour voir des photos de ce rassemblement.

Pour de plus amples informations, veuillez contacter : 

Laurence Amy
Présidente intérimaire de la section locale 401
 250-714-3038

Murray Bush
Service national des communications du SCFP
 778-554-2234