New report details causes and potential solutions for overworkJoe Courtney | Service de recherche du SCFP

De plus en plus de travailleurs ont de la difficulté à suivre le rythme exigé au travail. Selon l’Association canadienne pour la santé mentale, le quart des Canadiens travaillent 50 heures et plus par semaine, alors que la proportion était d’un sur dix il y a dix ans. Le surmenage coûte environ 12 milliards de dollars annuellement aux employeurs si on tient compte de la perte de productivité, des prestations de maladie versées et de l’absentéisme. Les prestations d’invalidité dues au surmenage représentent parfois jusqu’à 12 pour cent de la masse salariale.

Le SCFP a réalisé une étude sur les tendances en matière de surmenage. Bien que ce rapport porte sur le secteur des services sociaux, les travailleurs des autres secteurs y trouveront des informations utiles et applicables à leur propre situation.

Le surmenage peut être défini comme suit : une suraccumulation de tâches et de responsabilités confiées à un seul travailleur qui ne dispose pas d’assez de temps dans une journée pour s’en acquitter. Le surmenage prend diverses formes : horaire de travail trop long, exigences déraisonnables, heures supplé­mentaires imposées (rémunérées ou non), annulation de pauses, de jours de congé ou de jours de vacances, travail sous pression, contrôle du rendement, attentes irréalistes de la direction, tâches supplémentaires ou inappropriées et non-remplacement des employés en congé.

Le surmenage a un impact négatif sur la qualité des services sociaux offerts. Les travailleurs ressentent souvent de la frustration parce qu’ils sont incapables de faire leur travail aussi bien qu’ils le voudraient. Cela peut mettre la santé et la sécurité des patients en danger.

Le surmenage a des effets sur la santé qui vont de symptômes légers, comme des maux de tête et des troubles du sommeil, à des conséquences plus lourdes, comme l’épuisement professionnel, la dépression, la crise cardiaque ou l’accident vasculaire cérébral (AVC). Un travailleur stressé est trois fois plus susceptible de vivre une grave dépression. Il risque aussi de manquer plus de journées de travail que les autres employés. Le surmenage affecte aussi la capacité de l’employeur à attirer et à retenir du personnel qualifié. Enfin, il empêche les travailleurs de participer à la vie syndicale.

La responsabilité de la charge de travail incombe à la direction. Une bonne convention collective est donc le meilleur moyen de s’assurer que la direction prenne les préoccupations des travailleurs au sérieux.

Surmenage dans les services sociaux : quelques points à vérifier dans la convention

Il s’agit d’une liste partielle. La liste complète se trouve dans le rapport ici.

  1. Est-ce que la direction reconnaît qu’elle a la responsabilité de régler rapidement les problèmes de charge de travail?
  2. Est-ce que la charge de travail des employés est réévaluée régulièrement? Est-ce que les employés ont l’occasion de s’exprimer lors de ces réexamens?
  3. Est-ce que des objectifs en matière de charge de travail ou de nombre de dossiers à traiter ont été fixés?
  4. Est-ce qu’un comité patronalsyndical sur la charge de travail a été mis sur pied?
  5. Est-ce que l’employeur doit aviser le syndicat de la tenue d’une réévaluation de la charge de travail, ainsi que du suivi et des résultats d’une telle révision?
  6. Est-ce que du temps de travail est consacré exclusivement à la rédaction des rapports?
  7. Est-ce que la planification des congés et le remplacement des employés en congé sont adéquats?
  8. Est-il possible de déposer un grief pour surcharge de travail?
  9. Est-ce que l’employeur est tenu de combler les postes vacants le plus rapidement possible?
  10. Est-ce que des clauses facilitant la conciliation travail-famille existent?