Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Les membres du Syndicat des employés municipaux de Toronto, section locale 416 du Syndicat canadien de la fonction publique ont voté en grand nombre, ces deux derniers jours, pour accorder à leur comité de négociation un mandat de grève très fort qui permet le recours à divers moyens de pression, incluant un arrêt de travail.

« Nous sommes très heureux de recevoir ce qu’on peut décrire uniquement comme un mandat de grève sans équivoque, a déclaré Matt Alloway, membre du comité de négociation. Ce mandat nous place en position de négocier une convention collective qui renforcera les services municipaux en accordant aux employés qui fournissent ces services un bon emploi stable. »

Bien qu’un vote de grève soit chose normale dans un processus de négociation, M. Alloway souligne que ce vote arrive à point nommé, l’employeur ayant récemment réclamé l’intervention d’un conciliateur provincial.

« L’approche agressive de la Ville nous inquiète, admet-il. Le moment était donc bien choisi, pour nous, d’informer nos membres sur le déroulement des négociations et de mesurer leur degré de soutien au comité de négociation. Nous espérons maintenant que ce degré, très élevé, encouragera la Ville à conclure une convention collective équitable. »

Plus tôt aujourd’hui, la section locale 79 du SCFP, qui représente 20 000 employés de première ligne de Toronto, a demandé l’intervention d’un conciliateur du ministère du Travail pour l’aider à négocier avec la Ville.

Pour en savoir plus, contactez :

Kevin Wilson

Service des communications du SCFP
 416-821-6641