Mark Hancock

2016 est l’Année de la santé et sécurité au SCFP et nous renouvelons notre engagement à rendre les milieux de travail plus sécuritaires pour tous les travailleurs, qu’ils soient membres de notre syndicat ou non ou qu’ils habitent au Canada ou à l’étranger.

Oui, nos milieux de travail sont beaucoup plus sécuritaires qu’avant, mais il y a encore trop de travailleurs qui meurent au travail. Je suis votre président national depuis quelques mois seulement et j’ai déjà eu à offrir mes condoléances aux proches de plusieurs membres du SCFP ayant perdu la vie au travail.

Nous devons faire en sorte que les employeurs et les gouvernements du Canada comprennent notre message: on ne doit jamais mettre la vie des travailleurs en danger. Imposer des conditions de travail susceptibles de causer des blessures ou d’entraîner la mort des travailleurs, c’est tout aussi inadmissible.

Qu’il s’agisse de mesures de protection insuffisantes qui exposent les travailleurs aux maladies professionnelles, de règles de sécurité contournées pour aller plus vite ou d’investissements insuffisants dans la formation et la prévention, négliger la santé et la sécurité des employés, c’est inacceptable en toutes circonstances.

Nous devons aussi tenir compte de la santé-sécurité au travail dans toutes ses dimensions. Il faut notamment reconnaître l’impact du harcèlement et de l’intimidation au travail sur les travailleurs et leurs familles.

Le SCFP a de quoi être fier de ses réalisations en santé-sécurité. Cependant, d’ici à ce que tous les travailleurs bénéficient d’un environnement de travail sain et sécuritaire, exempt de harcèlement ou de menaces de violence, nous devons demeurer vigilants.

Nous devons obtenir des clauses plus musclées en matière de santé-sécurité lors des négociations et maintenir la pression sur les gouvernements fédéral, provinciaux et municipaux, afin qu’ils adoptent des lois qui protégeront davantage les travailleurs. Nous devons aussi forcer les gouvernements à punir les employeurs négligents.

Travailler dans des conditions dangereuses, ça ne doit jamais « faire partie du travail ». Si quelqu’un cause la mort d’un travailleur, il doit aller en prison. Nos élus et l’ensemble des Canadiens doivent adopter et faire respecter ce principe.

Mark Hancock
Président national du SCFP

@MarkHancockCUPE