Pendant des décennies, de nombreux économistes et politiciens classiques ont cru que l’atteinte d’une plus grande égalité se ferait au détriment de la croissance économique. Ils prétendaient que la seule façon de faire profiter tout le monde d’une plus grande part de la tarte économique consistait à augmenter la grosseur de la tarte. 

Il en aura fallu du temps, mais cette croyance bien ancrée est en voie de changer. Standard and Poors, l’influente agence qui évalue les cotes de crédit des gouvernements et des sociétés, a récemment publié un rapport qui démontre clairement que des taux d’inégalité et de pauvreté élevés nuisent à la croissance économique. Ce constat est aussi partagé par un nombre crois-sant d’économistes de renom, le Fonds monétaire international et même certains investisseurs milliardaires.

Mais comment s’attaquer à la pauvreté et aux inégalités? Pour les spécialistes de Standard and Poors, l’amélioration de l’éducation, l’instauration d’un programme préscolaire universel de grande qualité par exemple, est prioritaire. Ils proposent aussi une réforme fiscale progressive pour mettre fin aux échappatoires pour les riches, la création d’un impôt sur les héritages et des investissements accrus dans les soins de santé, l’éducation et l’infrastructure. Ces mesures seraient avantageuses pour les personnes moins nanties, créeraient des emplois et augmenteraient les revenus de la classe moyenne.

Incroyable mais vrai, l’arbitre des finances publiques le plus influent de Wall Street dit maintenant aux gouvernements qu’ils devraient réduire la pauvreté et les inégalités, éliminer les échappatoires fiscales dont profitent les riches et dépenser plus pour les services afin de stimuler la croissance économique!

Il faut toutefois faire davantage. Comme la Banque mondiale, l’OCDE et l’Organisation internationale du travail l’ont aussi souligné, pour relancer la croissance économique, nous devons renforcer la création d’emplois et augmenter les salaires.

Nous devons remplacer  les politiques qui ont limité la hausse des salaires des travailleurs canadiens par une stratégie favorisant leur augmentation. Cette stratégie doit aussi permettre de réduire les inégalités et créer de bons emplois offrants de bons avantages sociaux et un environnement de travail adéquat. Le SCFP a fait état des mesures qui contribueraient à l’atteinte de ces objectifs dans le mémoire présenté lors des consultations budgétaires fédérales