Logo du SCFP

La Sask largue l’idée des écoles PPP

le 13 novembre 2008 12 h 39
 
La pression exercée par le SCFP pour soutenir les écoles publiques porte fruits en Saskatchewan, où le gouvernement semble abandonner son plan favorable aux écoles PPP. La pression exercée par le SCFP pour soutenir les écoles publiques porte fruits en Saskatchewan, où le gouvernement semble abandonner son plan favorable aux écoles PPP.

Plus tôt cette année, le gouvernement dirigé par le Saskatchewan Party – « ouvert » aux propositions de PPP – a fait savoir qu’il planait sur une politique d’écoles PPP pour la province.

Le Conseil des écoles publiques de Saskatoon a informé le gouvernement qu’il « étudiait » l’idée d’une école.

Cependant, le ministre de l’Éducation, Ken Krawetz, a formulé une mise en garde contre de tels projets.

Depuis un certain temps, le SCFP implore le Conseil des écoles publiques de Saskatoon et le gouvernement provincial de tirer leçons des erreurs commises par d’autres provinces et de garder l’école publique.

Les preuves abondent des difficultés qu’ont causées des écoles PPP en Nouvelle-Écosse, en Alberta, au Nouveau-Brunswick et en Colombie-Britannique – où la brève expérience de la province d’une école privatisée piètrement construite a fait la manchette cette semaine. L’école, située à Abbotsford, a depuis été confiée à nouveau au secteur public – laissant les contribuables avec la facture pour l’échec du PPP.

Le Nouveau-Brunswick met peut-être en doute les écoles PPP. M. Krawetz a indiqué aux médias durant une récente visite d’une école privatisée que le ministre de l’Éducation de cette province n’était pas vraiment chaud à l’idée de privatiser d’autres écoles.

De rapides interventions locales et provinciales ont été essentielles pour bloquer le PPP proposé. Will Bauer, président de la section locale représentant le conseil des écoles publiques, s’y était ouvertement opposé : « Lorsque j’entends que la motivation de fournir des services éducatifs est le profit, ça m’inquiète, de déclarer Bauer, président de la section locale 8443 du SCFP. Pourquoi permettrions-nous à des entreprises privées de piger dans les fonds publics? L’éducation n’est pas une marchandise et elle ne doit pas être mise en vente. »

Bauer, le président de la division de la Saskatchewan du SCFP, Tom Graham, et Kathy Corrigan, chercheuse en Colombie-Britannique et présidente du Conseil des écoles publiques de Burnaby, ont soulevé encore plus de critiques concernant le projet, dans le cadre d’une conférence de presse organisée à Saskatoon la semaine dernière.

Dans l’opposition, le NPD a posé question après question à l’Assemblée législative, mais le ministre de l’Éducation les a toutes esquivées.

Le SCFP continuera de surveiller de près toute étude menée par le Saskatchewan Party, et la lutte de défense des services publics n’est pas terminée. Tout en reconnaissant que les PPP ne conviennent probablement pas aux écoles, le ministre de l’Éducation a déclaré que le gouvernement continue d’évaluer le modèle des PPP pour d’autres éléments d’infrastructure, dont des ponts et des autoroutes.