Logo du SCFP

À Regina, le ramassage du recyclage devrait être public

le 14 octobre 2011 1 h 02
 

REGINA, SASK.– Selon le syndicat qui représente les cols blancs de la Ville de Regina, le nouveau programme de ramassage du recyclage serait moins coûteux s’il était assuré par les employés municipaux.

« Selon des études, les programmes de recyclage sont plus économiques lorsqu’ils sont confiés au secteur public qu’au secteur privé », affirme Tim Anderson, président de la section locale 21 du SCFP. Une étude publiée dans Administration publique au Canada révèle que les programmes de recyclage publics coûtent en moyenne 46 dollars de moins la tonne que ceux confiés au privé.

Ce lundi 17 octobre, le syndicat déposera, au conseil municipal, un mémoire énumérant plusieurs cas de municipalités ayant fait des économies en se débarrassant des contrats privés pour ramener le ramassage en interne. Selon le syndicat, les marges bénéficiaires et la surveillance et l’application des contrats sont les facteurs qui gonflent le coût des projets privés.

En outre, le contrôle public de ce service rend celui-ci plus malléable aux besoins de la population et aux nouvelles priorités. La municipalité qui lance un nouveau service doit pouvoir y apporter des ajustements, au lieu d’être enferrée dans un contrat.

Le syndicat soulève aussi des inquiétudes quant à l’effet d’accords commerciaux comme le North West Partnership Trade Agreement, qui s’appliquera aux municipalités de la province à compter du 1er juillet 2012.

« Le conseil municipal ne devrait pas lier les poings et les pieds des prochains conseils, soutient M. Anderson. Une fois cette tâche sous-traitée au privé, elle sera pratiquement impossible à ramener en interne, en vertu de ces accords commerciaux. »


Pour en savoir plus, contactez :

Tim Anderson
Président de la section locale 21 du SCFP
306-527-5181