Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Mexique : Journées mondiales d’action

Avec l’appui de plusieurs fédérations syndicales mondiales, les syndicats du Mexique ont organisé des « Journées mondiales d’action » en février 2013. Des syndicats du monde entier ont fait preuve de solidarité et ont exprimé leurs inquiétudes quant aux violations constantes et flagrantes des normes internationales du travail au Mexique.

Le SCFP est membre actif de l’Alliance trinationale de solidarité (ATNS), un réseau de syndicats du Canada, des États-Unis et du Mexique qui ont une vision commune de la lutte syndicale internationale. Nous faisons du travail de solidarité pour exiger la liberté d’association et nous luttons en solidarité avec nos consoeurs et confrères du mouvement syndical mexicain.

Sous la direction du CTCle SCFP et plusieurs autres syndicats ont rencontré les fonctionnaires de l’ambassade mexicaine à Ottawa et ont demandé au gouvernement mexicain :

• de rendre justice aux familles des 65 mineurs tués à Pasta de Conchos en février 2006;

• d’adhérer aux normes internationales du travail et aux recommandations de l’Organisation internationale du travail;

• de mettre fin aux contrats de protection dominés par les employeurs (fausses conventions collectives avec des syndicats corrompus);

• de mettre fin à la persécution des syndicats démocratiques indépendants, de leurs dirigeants et militants et de libérer les militants syndicaux emprisonnés;

• d’abroger les lois antisyndicales régressives adoptées en décembre 2012;

• de réintégrer les militants syndicaux illégalement congédiés;

• de permettre des élections syndicales libres et équitables.

Les travailleurs mexicains continuent avec courage de demander justice et le SCFP, avec ses alliés du mouvement syndical, continue à les appuyer dans cette lutte.

Délégation au Mexique : les communautés dénoncent les minières canadiennes

Une délégation de neuf membres de plusieurs syndicats et d’un groupe confessionnel canadien s’est rendue au Mexique en février dernier pour étudier les effets des activités des minières canadiennes sur les communautés locales. La délégation était dirigée par les Métallos et incluait des membres du SCFPdu Syndicat des communications, de l’énergie et du papier (SCEP) et de KAIROS (Initiatives canadiennes oecuméniques pour la justice).

Les délégués ont été reçus à Mexico par le REMA (Réseau mexicain des communautés affectées par l’extraction minière), ProDESC (Projet pour les droits économiques, culturels et sociaux) et les dirigeants nationaux de Los Mineros (Sindicato Nacional de Trabajadores MinerosMetalúrgicos, Siderúrgicos y Similares de la República Mexicana).

Ensemble, ces organisations ont exprimé leurs inquiétudes au sujet de la promotion par le gouvernement mexicain des intérêts des minières canadiennes et autres entreprises d’extraction de ressources au détriment des moyens de subsistance et des droits des communautés mexicaines.

Les membres de la délégation se sont rendus dans les États de Durango et d’Oaxaca où ils ont rencontré des citoyens des communautés touchées par les activités minières des
entreprises canadiennes Excellon Resources et Fortuna Silver Mines Inc. Les participants ont écouté les récits d’injustice, de violations des droits de la personne et du travail, de destruction de l’environnement, de tensions communautaires et de mépris pour les autorités locales.

Dans la communauté de Calpulalpam de Méndez, dans l’État d’Oaxaca, les membres de la délégation ont été touchés par les témoignages sur les luttes menées, et gagnées, par la
communauté pour stopper les activités minières de la société canadienne Continuum Ressources. Les gens ont parlé avec passion du potentiel de leur communauté et ont clairement affirmé qu’ils devaient être inclus dans toutes les futures activités de développement.

Il est plus important que jamais de collaborer avec d’autres syndicats et groupes de la société civile pour faire pression sur notre gouvernement afin qu’il oblige les minières canadiennes à rendre compte de leurs activités destructrices, au pays ou à l’étranger. Nous devons sérieusement examiner les investissements de nos régimes de retraite et continuer à agir en solidarité avec nos consoeurs et confrères qui luttent pour la justice. Les membres de la délégation ont aussi participé aux Journées mondiales d’action pendant leur séjour au Mexique et se sont joints au SME (Syndicat mexicain des travailleurs de l’électricité) pour protester contre les mesures antisyndicales croissantes. Il y a deux ans, le gouvernement avait congédié 44 000 membres du SME après avoir privatisé l’entreprise d’électricité.