Logo du SCFP

Rien ne justifie la sous-traitance des services de scanners à Regina

le 14 janvier 2011 11 h 01
 

Regina, Sask.– Pourquoi la régie de la santé de Regina Qu’Appelle donne-t-elle en sous-traitance les services de tomodensitométrie (scanners) alors que les temps d’attente diminuent et que les appareils de la région sont extrêmement sous-utilisés?

Le Conseil de la santé du SCFP a exigé des réponses à cette question et à d’autres après avoir appris que la régie de la santé de Regina Qu’Appelle a signé une entente pluriannuelle avec une autre clinique privée pour fournir les services de scanners de la région.

En juin dernier, la régie soutenait que les trois scanners des hôpitaux de Regina étaient utilisés à leur « capacité maximale sept jours sur sept ». Dans le communiqué de mercredi, la régie souligne que les trois scanners sont « libres » 16 heures par jour, sept jours sur sept.

En fait, les scanners des trois hôpitaux de Regina ne fonctionnent à pleine capacité que pendant les heures normales de travail, du lundi au vendredi.  Deux scanners sont utilisés le soir et les week-ends, mais uniquement en cas d’urgence. Le troisième ne sert pas.

« La régie de la santé et le gouvernement de la Saskatchewan sont prêts à affirmer n’importe quoi pour justifier le recours aux cliniques privées à but lucratif, soutient Gordon Campbell, président du Conseil de la santé du SCFP.  Mais en réalité, les scanners de la région sont extrêmement sous-utilisés. C’est un terrible gaspillage de ressources. »

Le syndicat se demande aussi pourquoi la régie de la santé a signé un contrat de 32 mois avec Radiology Associates de Regina pour exécuter 42 500 scans additionnels, alors même que les listes d’attente diminuent.

Lorsque la régie a émis sa demande de propositions pour offrir des services de scanners l’an dernier, elle estimait que la liste d’attente, en mars 2010, dépassait les 1 100 patients. Dans le communiqué d’hier, la région affirme qu’en 2010, 737 patients étaient inscrits sur la liste d’attente – une chute de plus de 30 pour cent en sept mois. La région effectue 74 000 examens par scanner chaque année.

« Tout le monde est d’accord pour dire qu’il faut réduire les délais d’attente, précise la conseillère syndicale du SCFP Suzanne Posyniak.  Mais puisqu’une récente décision arbitrale a conclu qu’il est plus efficace d’offrir ces services dans le système public, c’est ce que la régie devrait faire. »

Pour en savoir plus :

Suzanne Posyniak
306-535-5293

Gordon Campbell
306-546-2185