Charles Fleury | secrétaire-trésorier national

Les attaques des employeurs et des gouvernements de droite contre les services publics et le mouvement syndical se multiplient aux niveaux fédéral, provincial et municipal. Dans ce contexte de plus en plus difficile, les membres du SCFP de partout au pays peuvent compter sur leur syndicat national pour les soutenir financièrement dans leurs combats de tous les jours.

Les cotisations versées par les membres sont utilisées à bon escient pour lutter par exemple contre les gouvernements provinciaux de l’Alberta, du Nouveau-Brunswick, du Québec, de la Saskatchewan et de Terre-Neuve-et-Labrador qui veulent torpiller nos régimes de retraite durement acquis. Ainsi, tout le budget du Fonds de riposte de la Caisse nationale de défense, pour l’année
en cours, a déjà servi à mener ces batailles et bien d’autres.

Les sections locales et le SCFP national conjuguent aussi leurs efforts pour mener des campagnes à frais partagés sur une multitude de fronts. En date du 30 septembre 2014, le budget alloué à ces campagnes atteignait d’ailleurs les 5,8 millions de dollars, soit 2,9 millions provenant du budget national et autant provenant des sections locales.

Le budget consacré à l’organisation est aussi mis à contribution pour aider les sections locales à combattre les programmes d’austérité comme la restructuration des services de santé en cours en Nouvelle-Écosse et au Québec.

En 2015, le budget national permettra de continuer à soutenir nos membres qui cherchent à améliorer leurs salaires et leurs avantages sociaux à la table de négociations. Grâce aux fonds disponibles, nous serons également en mesure de poursuivre nos actions politiques. Il est particulièrement important pour tout le mouvement syndical de travailler à remplacer l’administration Harper par un gouvernement néo-démocrate sensible aux priorités des travailleurs aux prochaines élections fédérales.

Comme la croissance de nos revenus diminue en raison de la précarisation du travail et des départs à la retraite qui font baisser les salaires, il est toutefois nécessaire de gérer les finances de notre syndicat de façon responsable. Ce faisant, nous nous assurerons de disposer des ressources financières nécessaires pour toujours épauler nos membres lorsqu’ils en ont besoin.

Charles sur Twitter: @CUPENatSec