Après avoir privé les citoyens du comté d’Essex de leurs services bibliothécaires essentiels pendant trois semaines, les représentants de la direction de la Bibliothèque du comté d’Essex sont revenus à la table des négociations sans proposer de compromis sur l’enjeu en cause dans la grève. Ils ont même déclaré qu’ils n’avaient pas reçu l’autorisation de négocier, ce qui a mis fin à la médiation cet après-midi et prolonge indûment une grève inutile.

« Non seulement nous faisons la grève contre un problème fictif, a déclaré Lori Wightman, présidente d’unité au SCFP 2974, mais nous négocions maintenant avec un conseil fantôme qui n’a pas le pouvoir de négocier, qui ne rend pas de comptes et qui, manifestement, n’est pas pressé de mettre un terme à cette grève inutile. Si l’employeur n’est pas autorisé à négocier avec nous, qui en a le pouvoir? Et qui nous pousse à la grève pour une question de congés de maladie qui ne pose pas problème dans les bibliothèques? »

« Nous étions prêts à négocier toute la journée et tout le weekend pour clore cette grève, poursuit Mme Wightman, mais à quoi bon rester là à négocier avec nous-mêmes, tandis que la partie adverse reste campée sur ses positions et n’a pas l’autorisation de négocier? Si le président du conseil de bibliothèque et le bibliothécaire en chef n’ont pas le pouvoir de négocier, que faisaient-ils à la table des négociations et, plus important encore, qui mène cette barque et pourquoi ne sont-ils pas assis avec nous à tenter de dénouer cette crise? »

Les 58 employés de bibliothèque de première ligne sont en grève depuis le 25 juin. Demain, ils entament leur quatrième semaine de grève.